Contre la nouvelle Licence, SUD Étudiant et la FSE appellent à la mobilisation dès la rentrée !

Paru au Journal Officiel le 11 août 2011, l’arrêté Licence dont l’application commencera à la rentrée 2012 s’inscrit directement dans la continuité des réformes de ces dernières années mises en place au niveau européen : assujettir l’université aux intérêts du patronat.
La Fédération SUD étudiant et la Fédération Syndicale Etudiante dénoncent l’augmentation du nombre d’heures d’enseignement, la généralisation du contrôle continu, la régionalisation des formations, et l’accélération de la « professionnalisation » par la soumission des diplômes aux exigences du patronat.
En effet, la hausse du nombre d’heures d’enseignement par étudiant-e (1500 heures sur 3 ans), sans augmentation de postes, va pousser à des fusions de filières (processus favorisé par la mise en place des Pôles de recherche et d’enseignement supérieur) et/ou à des TD surchargés. Les enseignant-e-s comme les personnel-le-s BIATOSS, toujours confronté-e-s à une pénurie de postes, vont voir leur charge de travail encore augmenter, et de nouveaux contrats précaires verront le jour. Couplée à la généralisation du contrôle continu comme contrôle de connaissances prioritaire sur les 3 années du diplôme, ces mesures vont limiter un peu plus l’accès à l’enseignement supérieur et la réussite aux examens des enfants des classes populaires, qui se salarient durant leurs études (plus d’un-e étudiant-e sur deux). La précarité étudiante (et son corollaire, le salariat étudiant) est la première cause de l’échec universitaire (taux de réussite divisé par deux) !
La réforme aggrave encore l’asservissement du monde universitaire au monde de l’entreprise («la professionnalisation ») en diminuant l’enseignement des connaissances fondamentales liées à une discipline au profit des fameuses « compétences » professionnelles. Les stages en entreprises peuvent devenir obligatoires en fonction des filières. Ces derniers, sous payés ou non payés, ne servent qu’à fournir une main-d’œuvre bon marché au patronat, et ne permettent en rien aux étudiant-e-s de « trouver un emploi », dans une économie qui n’en crée pas ! De plus, les « représentants du monde socioprofessionnels » seront désormais associés à la conception des formations et pourront participer aux enseignements ! Cela conduira à adapter les formations aux besoins du bassin d’emploi local et à démanteler le cadrage national des diplômes.
La mise en place d’un « référentiel de compétences », centré sur des compétences managériales et non les connaissances disciplinaires, et basé sur l’évaluation des formations (et donc des enseignant-e-s), va dévaluer de manière intolérable le contenu disciplinaire du diplôme.
N’oublions pas que l’objectif du gouvernement est de créer une dizaine de Pôles universitaires d’« excellence » (les PRES), et de cantonner le reste des universités à des Licences ultra professionnalisantes et coupées de toute possibilité de recherches fondamentales dans des PUP (Pôles universitaires de proximité), ce qui renforcera encore davantage l’inégalité entre les universités.
Les organisations étudiantes présentes au CNESER, qui ont voté pour ce texte au prétexte des quelques avancées sur les modalités de contrôle de connaissances concédées par le gouvernement, portent une lourde responsabilité dans la dévalorisation de la Licence.
C’est pourquoi les organisations syndicales de lutte SUD Étudiant et la FSE appellent dès aujourd’hui les étudiant-e-s, les lycéen-e-s et les personnels à s’organiser à travers la création de cadres unitaires locaux et nationaux, en vue d’une contestation d’ampleur à la rentrée 2011.

    

Publicités

Le 10ème mois de bourse, ou l’arbre qui voudrait cacher la forêt de la précarité et de la sélection sociale à l’université.

Laurent Wauquiez a annoncé ne pas vouloir revenir sur la mise en place d’un 10ème mois de bourse pour la rentrée 2011/2012.

Tandis que certaines organisations étudiantes qui en avaient fait leur cheval de bataille depuis 2009 applaudissent, la Fédération Syndicale Étudiante quant à elle, n’a jamais été dupe quant au rôle de carotte au bout du bâton que le gouvernement avait fait joué à cette revendication, lors du second mouvement LRU en 2009.
Et ce pour amener l’Unef a négocier l’arrêt de la lutte et à trahir le mouvement social. Ce qu’elle s’était alors empressée de faire. Pourtant aucun-e étudiant-e n’avait vu la couleur de ce 10ème mois de bourse jusqu’à aujourd’hui. Nous tenons -au delà de cette recontextualisation- à rappeler avant tout que le montant, le nombre de versements des bourses, et les critères d’attributions, malgré les effets d’annonce du gouvernement, ne garantissent absolument pas des conditions de vie et d’étude correctes aux étudiants.

Lire la suite

Contre la hausse des frais d’inscriptions !! Contre le projet de nouvelle Licence !!

Une fois de plus, ce sont les étudiant-e-s qui vont trinquer à la rentrée universitaire. Après l’annonce de la hausse des prix des repas aux Restaurants Universitaires de 1,7% à la rentrée, le nouveau ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Laurent Wauquiez, a annoncé une nouvelle hausse pour les étudiant-e-s : les frais d’inscriptions. 1,7% pour la Licence, 3,4% pour les Master, et 3,6 % pour les doctorats. Pendant ce temps, la sécurité sociale augmente de 3 euros, passant ainsi la barre des 200 euros.

Lire la suite

Refusons toute augmentation du prix du repas aux Restaurants Universitaires !

A peine installé dans son nouveau fauteuil de ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche que Laurent Wauquiez s’attache a poursuivre l’œuvre de destruction des Crous et à dégrader encore un peu plus les conditions de vies des étudiant-e-s et les conditions de travail des personnel-les, déjà bien entamés par ces prédécesseur-euse-s. En effet, les représentant-e-s du ministère de l’enseignement supérieur ont demandé sans aucune justification au conseil d’administration du CNOUS d’augmenter le prix du repas du Restaurant Universitaire de 5 centimes supplémentaires pour l’année universitaire à venir. En à peine 9 ans, le prix du ticket RU aura augmenté de plus de 22%, une hausse bien supérieure a l’inflation !

Lire la suite