Liberté de circulation ! Qu’on vous appelle réfugié.e.s ou migrant.e.s… Vous êtes les bienvenu.e.s !

Refugees welcomeAylan, retrouvé mort sur une plage de Turquie, est devenu emblématique du sort fait aux réfugié.e·s. Sa photo a soulevé l’émotion. Mais depuis, la situation intolérable faite aux réfugié·e·s se poursuit et s’aggrave, tandis que les barrages policiers, les murs et barbelés se déploient aux portes et à l’intérieur de l’Europe.

Les migrant·e·s ne viennent pas par plaisir ou pour s’enrichir sur notre dos, mais fuient les guerres et la misère, largement provoquées par les politiques des gouvernements occidentaux – dont la France – qui consistent à piller les richesses et à faire la guerre en Afrique et au Moyen-Orient.

Alors l’émotion et l’indignation ne suffiront pas. Il faut des actes !
Il est plus que temps que toutes les personnes émues, indignées descendent dans la rue aux côtés des sans-papiers et des réfugié·e·s pour imposer aux gouvernements européens l’ouverture des frontières, la liberté de circulation, pour qu’il n’y ait plus d’autres Aylan, plus de morts au fond de la Méditerranée, dans des camions frigorifiques ou électrocuté·e·s dans le tunnel sous la Manche.

Nous refusons que l’on « trie » les immigré·e·s selon les pays d’origine ou les « causes » de leur exil. Nous sommes solidaires de tou·te·s, de Syrie, d’Afrique ou d’Asie.

Il faut abroger les accords de Dublin qui obligent les migrant·e·s à faire leur demande d’asile dans le pays de leur premier enregistrement.

Il faut également des papiers pour tou·te·s les réfugié·e·s, pour tous les sans papiers et leur donner les moyens de s’installer et travailler en Europe si c’est leur souhait.

Il faut mettre fin à Frontex, abroger les lois qui entravent la liberté de circulation et permettent de multiplier les expulsions, fermer les centres de rétention administrative. Les budgets consacrés à la chasse aux migrant·e·s doivent être consacrés à les accueillir.

C’EST POURQUOI NOUS APPELONS À REJOINDRE LA MANIFESTATION PLACE DES TERREAUX LE 15 OCTOBRE À 18H30

Tract_manif_réfugié-e-s_migrant-e-s_15.10.2015(pour télécharger le tract : Tract_manif_réfugié-e-s_migrant-e-s_15.10.2015)

Contacts :
Mail : uselfse@yahoo.fr
Blog : fselyon.wordpress.com
Facebook : page Solidaires Etudiant-e-s Lyon

Publicités

Communiqué de la Fédération Syndicale Étudiante et de la Fédération Sud-Étudiant

 

 

Suite aux drames antisémites de « l’affaire Merah » et aux événements survenus au sein de l’Université Toulouse II Le Mirail le mercredi 25 avril, la Fédération Syndicale Étudiante et la Fédération Sud-Étudiant souhaitent dénoncer toutes formes d’amalgames entre l’anti-sionisme et l’antisémitisme.

 

Comme le rappelle la définition du Petit Robert, le sionisme est un « mouvement politique et religieux visant à l’établissement puis à la consolidation d’un État juif (la Nouvelle Sion) en Palestine ». De plus, différentes personnalités politiques israéliennes ont clairement assumé ce projet colonial. David Ben Gourion, par exemple, ancien premier ministre israélien, a déclaré en 1937 « nous devons chasser les Arabes et prendre leur place » (Ben Gurion and the Palestine Arabs, Oxford University Press, 1985).

 

En tant que syndicats étudiants antiracistes et anticolonialistes, nous soutenons la lutte du peuple palestinien contre la colonisation et l’apartheid. Nous revendiquons les mêmes droits civiques, démocratiques, politiques, sociaux et culturels pour tous et toutes. Nous dénonçons toutes tentatives d’amalgames et nous nous réservons le droit d’attaquer en diffamation toutes organisations ou individus qui tenteraient d’assimiler nos principes anticolonialistes à toutes formes de racisme.

 

Non au sionisme ! Non à l’antisémitisme !

Soutenons la lutte du peuple palestinien contre le colonialisme !

Solidarité avec le peuple mahorais !

Depuis le 21 septembre, à l’appel des trois syndicats CGT Mayotte, CFDT et CFE-CGC, d’associations de consommateurs et du « collectif de citoyens perdus », un large mouvement de grève a été lancé à Mayotte pour protester contre la vie chère et réclamer ainsi la baisse des prix de produits de première nécessité tels que le gaz, les mabawas (ailes de poulet) et le riz. Si les revenus de la population sont très bas (SMIC local fixé à 85% du SMIC national), les prix sont en moyenne 30% plus élevés qu’en métropole ! Un tube de dentifrice coûte par exemple environ trois euros !

Mais le prix des aliments étant loin d’être le seul problème, ce mouvement révèle des grandes inégalités sociales entre la métropole et ce bout de terre de l’océan indien dit « 101e département français ».

Lire la suite

Solidarité avec les militant-e-s de l’UGTG, sendikalis pas kriminèl !

Mardi 9 Août 2011 à Pointe-à-Pitre, le tribunal a prononcé les sentences dans le procès de Gabriel Bourguignon, Freddy Louise et Michel Madassamy, trois camarades syndicalistes, militants de l’Union Générale des Travailleurs de Guadeloupe (UGTG). 

Accusés en 2002 de tentative d’incendie, de violence en réunion et de rébellion contre la force publique, la malhonnêteté des accusations a conduit à la relaxe des deux premiers, mais pourtant à la condamnation de Michel Madassamy, à une peine de prison avec sursis pour avoir soi-disant, blessé seul 16 gendarmes alors que même les témoignages des gendarmes en question le mettent nettement hors de cause. Qu’on ne s’y trompe pas, ce procès était avant tout politique : Une énième manœuvre pour déstabiliser et criminaliser l’action syndicale collective.

Lire la suite