Contre toute sélection à l’université !

Vendredi 17 février devait avoir lieu un Conseil d’Administration de l’Université Lyon 2, qui ne s’est finalement pas tenu grâce à l’irruption de près de 200 étudiant.es – la plupart de la faculté de psychologie- décidées à empêcher le vote instaurant la sélection à l’entrée du master 1. La Présidence convoque finalement un Conseil d’Administration exceptionnel ce vendredi 3 mars pour tenter de faire passer ce le vote.

Le 24 décembre dernier a en effet été publié au Journal Officiel la loi autorisant la sélection à l’entrée du master. Cette loi, destinée à être appliquée dès la rentrée 2017/2018 est en cours d’adoption dans les universités.

Désormais les facultés pourront ainsi sélectionner – quand certains préfèrent parler de « recruter » – à l’entrée du master 1 via concours, admission sur dossier et éventuel entretien.

Les universités doivent en conséquence fixer le niveau des « capacités d’accueil » dans chaque master. Une fois le seuil atteint, plus aucune admission dans le master souhaité ne sera possible.

L’étudiant.e refusé.e n’aura plus qu’à tenter une « réclamation » par le biais d’une plateforme en ligne et le rectorat devra formuler trois propositions de master à intégrer, à l’échelle de l’académie, (un.e étudiant.e de Lyon peut ainsi se voir proposer une formation à Clermont ou Grenoble) «selon le projet professionnel de l’étudiant.e» et «les prérequis du master» dans des formations « ayant des places vacantes ». Tant pis pour celles et ceux qui n’auront pas les moyens de se loger à des centaines de kilomètres de leur foyer.

Comme souvent, la loi vient en fait légaliser – pour couvrir et généraliser – des pratiques qui existaient jusqu’ici déjà, en toute illégalité. Depuis quelques temps, les universités se plaignaient de se faire condamner par les tribunaux pour des étudiant.es dont l’inscription en Master 2 avait illégalement été refusée. La loi est ainsi venue les rassurer ! Actuellement, la logique de sélection en licence est la même. Cette année déjà, des milliers de lycéen.nes sont resté.es sans inscription, ou pas dans la filière de leur choix !

La sélection en licence risque ainsi d’être demain légalisée, comme elle l’est aujourd’hui pour les masters.

Une sélection, sociale, s’opère déjà bien évidemment à l’université

Les étudiant.es salarié.es sont ainsi de fait, plus de la moitié à échouer, à se faire ainsi petit à petit éliminer, par épuisement ou abandon forcé. Sans même parler des étudiant.es sans papiers, dans la crainte à chaque instant de se faire contrôler… Comment dans ces conditions réussir son année ?

Qui va de fait s’aggraver !

L’instauration de capacités d’accueil limitées va ainsi compliquer la poursuite d’études pour la majorité, à l’heure où déjà beaucoup se voyaient refuser l’inscription au motif de « capacités d’accueil insuffisantes ».

L’instauration de capacités d’accueil va de fait accroître la concurrence entre étudiant.es.

Dans un certain nombre de filières, le niveau des capacités fixé est déjà largement inférieur aux nombre d’étudiant.es inscrit.es cette année !

Pour les filières où les capacités d’accueil resteraient inchangées, il convient de noter qu’à tout moment ces capacités pourraient être diminuées. Si aujourd’hui seule une fraction des étudiant.es peut se sentir concernée, demain n’importe qui peut être touché. Il faut d’ailleurs souligner que le nombre de demandes d’inscriptions est en augmentation chaque année. Les étudiant.es seront ainsi toujours plus nombreux.ses à être appelés à se voir recalé.es…

L’objectif recherché depuis plusieurs années est en effet de réajuster les capacités en fonction des débouchés. Un certain nombre de places ou de filières seront donc de fait appelées à être supprimées, au nom de leur utilité (selon ceux bien sûr qui dirigent cette société), c’est-à-dire des « réalités du marché ». Et il faut dire qu’en ces temps, le marché est plutôt à ce que les jeunes rejoignent l’armée, que les bancs de l’université… Tout un projet de société !

L’intensification de la concurrence comme projet de société…

L’intensification de la concurrence qui sera engendrée était en fait un des principaux arguments de la Présidence pour tenter de faire adhérer les étudiant.es au principe de sélectionner.

Ainsi, dans un hypothétique espoir de sauver sa place, chacun.e est invité.e à sacrifier les autres… !

Une fraction des étudiant.es serait prêt.es à accepter la sélection… mais reportée d’une année, dès lors qu’ils/elles ne seront pas touché.es.

La Présidence a pourtant été assez explicite sur le fait que les capacités d’accueil seraient progressivement sérieusement réduites, notamment en faculté de psychologie. Les actuels L1, L2 et futurs étudiant.es pâtiraient de fait directement d’un tel « compromis ».

Certain.es pouvaient encore défendre la sélection, selon la logique de la « préférence locale », afin de se protéger de la concurrence des étudiant.es venu.es d’ailleurs !

La présidence a d’ailleurs largement argumentée en ce sens, en jouant sur les peurs des étudiant.es, dans l’espoir de les dissuader d’empêcher le vote de la sélection : « si on ne vote pas ici, alors qu’à Clermont, Grenoble, des capacités d’accueils limitées ont été voté, les étudiant.es recalé.es ailleurs viendront ici ».

Pour s’assurer une hypothétique place en Master, les étudiant.es devraient dès lors se faire les complices de fermer la porte de l’université à d’autres étudiant.es…

A Nanterre, la présidence a plutôt essayé de jouer dans la « préférence nationale » en faisant voter l’impossibilité pendant une année aux étudiant.es étranger.es de postuler à l’entrée du Master ! Face à la mobilisation des étudiant.es la Présidence a finalement été contrainte de reculer.

Comme ça, on pourra à l’infini imaginer différents critères discriminants qui permettront de trier…

Nous devons tous et toutes revendiquer : « avec ou sans papiers, une place pour tous et toutes à l’université dans la filière de son choix ! »

Nous devons revendiquer des moyens pour l’université !

La fusion des universités actuellement en cours va entraîner les mêmes logiques selon l’aveu même de la présidente de l’université (possibilité de sélection dès la L1, risque de hausse des frais d’inscriptions, etc.).

Dans le cadre de cette restructuration, les personnels voient leur charge de travail augmentée, leurs conditions de travail se dégrader, les étudiant.es leurs droits diminuer… Etudiant.es, personnels des universités, nous devons donc tous et toutes ensemble lutter !

Le chacun pour soi c’est tout le monde dans la galère.

C’est tous ensemble qu’on est touché, c’est tous ensemble qu’on doit lutter !

Pour le droit pour tous et toutes, avec ou sans papiers, d’étudier dans la filière de son choix !!

Du fric pour les facs et les lycées, pas pour les flics et l’armée !

Publicités

Étudiant-e-s précaires Faisons-nous rembourser nos frais d’inscription

Outre les boursier-es, une partie des étudiant-es (jusqu’à 10%) peut, en raison de problèmes financiers, être exonéré-e des droits d’inscription en vertu du décret n°84-13 de loi Savary de 1984 :

Article 3 : « peuvent bénéficier de l’exonération des droits d’inscriptions les étudiants qui en font la demande en raison de leur situation personnelle, notamment les réfugiés et les travailleurs privés d’emploi. Les décisions d’exonération sont prises par le président de l’Université en application de critères généraux fixés par le conseil d’établissement et dans la limite des 10% des étudiants inscrits, non comprises les personnes mentionnés à l’article 2 (les boursier-es) ».

A noter que les étudiants étrangers, avec ou sans papiers, peuvent également se faire exonérer et rembourser. Il faut cependant savoir que les frais remboursés sont les seuls droits universitaires, la sécurité sociale n’est pas remboursée.

 

Université Lyon 1 :

  • S’adresser au Bureau des Assistantes Sociales qui se trouve à la Maison de l’Étudiant (Bâtiment Astrée au 1er étage – Campus la Doua)

Université Lyon 2 :

  • Retirer la fiche individuelle de demande de remboursement au centre d’inscription (sur le campus des quais) ou à l’accueil de la Maison Des Étudiants à Bron ou bien encore téléchargeable sur le site internet.
  • Envoyer la fiche remplie à

Université Lumière Lyon 2 Centre d’inscriptions

A l’attention de Madame COUDON

86 rue Pasteur69365 Lyon cedex 07

Université Lyon 3 :

-Retirer un formulaire directement au centre des inscriptions ou l’obtenir en en faisant la demande par mail à inscriptions@univ-lyon3.fr

-Vous pouvez également retirer un dossier directement auprès du secrétariat du service social du CROUS

Ensuite prendre un RDV auprès des assistantes sociales du CROUS ( tél : 04 72 80 13 25 tous les jours de 9 à 12h et de 13h à 17h). Ce sont elles qui évaluent la situation et instruisent le dossier (des permanences sont assurées directement par les assistantes sociales dans les universités). Les dossiers de demandes d’exonération sont ensuite examinés par une commission présidée par le Vice-Président chargé de la formation et de la vie universitaire.

 

Si vous êtes en galère financière, il est aussi possible de demander à bénéficier du Fonds National d’Aide d’Urgence (FNAU). Il faut alors prendre un RDV avec les assistantes sociale du CROUS.

L’aide sociale : une bataille à mener par les plus précaires pour pouvoir en bénéficier !

A Lyon 2, des cas de refus d’exonération ou de remboursement nous ont été rapporté par des étudiants ne bénéficiant pourtant d’aucune ressource financière ! Selon la présidence, cela est dû à la « politique de l’établissement dans un contexte budgétaire serré ». En clair, la présidence fait le choix de faire payer aux plus précaires d’entre nous les restrictions budgétaires en refusant des exonérations auxquelles nous avons pourtant droit, alors que Lyon 2 réalise plus d’un million de bénéfices ! La « politique » c’est aussi de sélectionner en fonction des résultats obtenus ! En clair, on permet de continuer à étudier que celles et ceux qui auraient déjà validés leur année précédente, les autres ne sont pas considérés comme devant être soutenus ! Il est pourtant une évidence pour tout le monde que sans ressources, il est compliqué d’étudier et donc de réussir dans de bonnes conditions…

Ne laissons pas faire !Si vos demandes de remboursement et d’exonération essuyaient un refus contactez-nous !

Pour une gratuité totale des études !

Faisons-nous exonérer de la taxe d’habitation

Qui est concerné ? La taxe d’habitation concerne tous ceux qui vivent dans un logement depuis plus d’un an (du 1er janvier au 1er janvier de l’année suivante). On reçoit l’avis d’imposition en fin d’année (à partir de novembre).

Quelques étudiants peuvent être exonérés de droit :

– si vous occupez une chambre meublée chez une personne qui loue ou sous-loue une partie de son habitation ;

– si vous vivez dans une résidence universitaire gérée par le CROUS ;

– si vous habitez dans une résidence affectée au logement des étudiants, dont la gestion est assurée par tout autre organisme en subordonnant la disposition à des conditions financières et d’occupation analogues à celles des CROUS. Par contre, les étudiants logés dans un HLM, même par l’intermédiaire du CROUS, sont imposables.

Le recours gracieux : Il n’y pas d’exonération spécifique pour les étudiants. Cependant, si vous ne pouvez pas payer votre taxe d’habitation, un recours gracieux est possible. Il faut s’adresser  personnellement au Centre Des Impôts (CDI) ou Service des Impôts des Particuliers dont vous dépendez et dont l’adresse figure toujours sur l’avis d’imposition pour demander un formulaire à remplir pour obtenir une réduction de votre taxe d’habitation, une mensualisation ou une exonération totale.

Contribution à l’audiovisuel public : Il est réclamé cette contribution si l’on n’a pas coché la case « Si aucune de vos résidences n’est équipée d’un téléviseur, cochez la case » (1ère page de la déclaration d’impôt sur le revenu). En cas de contestation (contentieux), il faut s’adresser au Centre des Impôts (CDI) ou Service des Impôts des Particuliers. Pour ceux qui doivent la payer, une exonération de cette contribution est également possible, selon les mêmes modalités que l’exonération pour la taxe d’habitation.

Des nouvelles des vacataires…

Cette année encore, les vacataires sont en première ligne des dysfonctionnements de l’Université. Leurs contrats de travail sont précaires, et obtenus selon le bon vouloir des influents de l’université. Alors que les vacataires se sont mis en grève l’an dernier pour protester contre leurs conditions de travail, cette année encore, la présidence de Lyon 2 continue de traiter son personnel avec mépris. En effet, aucun des enseignants vacataires en science politique n’a encore signé son contrat de travail (ils exercent pourtant tous depuis le 1er septembre, assurant la majorité des cours). Ils ne sont donc pas payés, alors même que la signature du contrat de travail avant de commencer les cours et le paiement mensualisé des salaires étaient parmi leurs revendications. La situation est transposable aux autres filières.

L’université refuse sa responsabilité dans cette situation de travail illégal, allant même jusqu’à tenter de dissuader les enseignants précaires de protester contre leur situation. Ainsi en anthropologie, cette année, le recrutement des enseignants a été pris en charge directement par la Direction des Ressources Humaines (DRH). Auparavant c’étaient les chargés de CM qui choisissaient les enseignants en TD, selon notamment leurs compétences dans la discipline. On peut douter que la DRH s’y connaisse en anthropologie… La DRH a ainsi pris le droit de décider qui aura un emploi parmi les postulants, choisissant au passage les moins protestataires, et portant atteinte à la qualité de la formation (sûrement considérée comme un dommage collatéral).

A Lyon 2 les emplois de vacataires (type de contrat à durée déterminée, payés à l’heure travaillée) sont majoritaires, on en compte plusieurs milliers. Mal payés au regard du nombre d’heures passées à préparer et à donner des cours et à corriger des copies, pas payés du tout pour les surveillances d’examens, ils concernent principalement des doctorants et masterants pour qui il s’agit du seul moyen de financer leurs études. Depuis plusieurs années, leurs premiers salaires tombent en décembre pour les plus chanceux, quand d’autres attendent mars pour toucher leur seule source de subsistance. L’année dernière un collectif s’était construit pour protester contre cet état de fait, faisant diverses actions, rassemblement devant la DRH, mobilisation des étudiant-e-s… pour finalement se mettre en grève pendant 6 semaines (pour retrouver des traces de leur mobilisation, aller voir sur mobprecvaclyon2.wordpress.com). L’université avait alors mis en place une commission tripartite, constituée de la DRH, de représentants de doyens de plusieurs filières, et de représentants des vacataires (au nombre de 3, sur une commission d’une vingtaine de personnes). Cette commission a pris fin en mai dernier, pour quels résultats? On s’en rend compte à cette rentrée, pour des prunes.vacataires-prc3a9caires-en-colc3a8re

Étudiant-es soyons solidaires des personnels précaires des universités !

ETUDIANTS, TRAVAILLEURS, SOLIDARITE 

Drague, sexisme et soirées étudiantes

Voici une brochure pour s’informer sur la notion de consentement et se défendre contre le viol, les agressions et harcèlements sexuels, mais aussi visibiliser le fait que des comportements qui sont trop souvent banalisés lors de soirées étudiantes -et participant à ce qu’on appelle la culture du viol (c’est-à-dire à l’ensemble des représentations culturelles qui valorisent les comportements sexuellement agressifs et qui les présentent comme la norme en matière de séduction)- constituent des violences, et qu’ils n’ont rien d’anodin !

Le tract est à télécharger ici : 4pages_sexisme_ENS

Pour apporter d’autres outils dans la lutte contre les violences sexuelles ou sexistes, un guide d’informations juridiques et pratiques contre le harcèlement sexuel dans l’Enseignement Supérieur est édité par le Collectif de Lutte Anti-Sexiste Contre le Harcèlement sexuel dans l’Enseignement Supérieur (CLASCHES) !

4pages_sexisme_ENS_1_contacts 4pages_sexisme_ENS_2

Contacts :
Mail : uselfse@yahoo.fr
Blog : fselyon.wordpress.com
Facebook : Page Solidaires Etudiant-e-s Lyon

De la CPU à Lyon 2, il est temps de faire le ménage !

Salzmann Mayaud BelkacemJean-Loup Salzmann – président de la CPU (Conférence des Présidents d’Université) – aurait bien espéré devenir le prochain ministre de l’enseignement supérieur… (ici en photo avec Jean-Luc Mayaud – président de l’université Lyon 2 et la ministre de l’éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem)

Salzmann a mis en place dans son université (Paris 13 – Saint Denis) un système clientéliste dévoilé par Mediapart (cf. article « Le « vice-ministre » des universités entre en zone de turbulences »).
Ainsi, un rapport montre qu’il cautionne un système quasi-mafieux avec détournement financier de plusieurs centaines de milliers d’euros, emplois fictifs, perception de primes indues etc. Plusieurs enseignants qui ont voulu remettre en cause ces pratiques ont été menacés de mort. Le directeur de l’institut qui voulait remettre de l’ordre dans ces pratiques a été agressé physiquement.

C’est par ailleurs, un ensemble de promotions arrangées, de cours fictifs, de marchandages et d’achats de vote, de primes indûment perçues qui sont révélés. L’article révèle également l’exclusion d’étudiant en commission disciplinaire qui ne souhaitait plus soutenir ce système clientéliste.

Salzmann – ancien de l’Unéf – bénéficie par ailleurs toujours du soutien de l’appareil. Ainsi, les instructions sont venues directement du Bureau National de l’Unéf pour soutenir sa réélection, informe un ancien élu de l’Unéf qui a depuis quitté l’organisation, dégoûté par ces pratiques.

WANTEDCes honorables pratiques, cette bonne gouvernance, se retrouvent également à l’Université Lyon 2, dont le président actuel – Jean-Luc Mayaud – s’est versé une prime illégale de plusieurs milliers d’euros pendant plusieurs années (soit 26 000 euros sur 4 ans). Le doyen de la faculté d’information communication avait déjà été (modérément) sanctionné dans une affaire de diplômes fictifs vendus plusieurs milliers d’euros aux Antilles. Et le vice-président aux finances subirait actuellement une enquête suite à un signalement au parquet pour avoir loué, au titre d’une association dont il est membre, des locaux de l’université, sans en reverser les sommes perçues à l’université (abus de bien social).

Dans le même temps, ce sont les mêmes qui invoquent les restrictions budgétaires et maintiennent en grande précarité les personnels, multiplient les CDD pour les agents, refusent les titularisations, ne délivrent pas de contrats de travail aux vacataires, versent les salaires 6 ou 8 mois plus tard, gèlent les primes des agents administratifs, externalisent le personnel d’entretien, licencient, mutualisent les services, augmentent la charge de travail des personnels…

Les mêmes poursuivent et excluent les syndicalistes : l’an dernier, deux de nos militantEs ont été excluEs six mois (en plus de 18 mois de sursis) de l’université pour des faits syndicaux. Leurs intérêts sont opposés à ceux des personnels et de la majorité des étudiant.e.s. Contre leurs pratiques, leurs plans de restrictions, leurs mesures qui affectent nos conditions d’étude et les conditions de travail des personnels, organisons-nous !

Contact :
Mail : uselfse@yahoo.fr
Blog : fselyon.wordpress.com
Facebook : Page Solidaires Etudiant-e-s Lyon

Affiche Va balayer la plage

Face à la hausse programmée des frais de scolarité, dans les facs, dès à présent, s’organiser ! 

Pour nombre d’étudiant.e.s, s’acquitter des droits d’inscriptions à l’université, c’est déjà source de nombreuses galères. Et pourtant… !

Un rapport commandé par le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et par le ministère des Finances, qui était attendu de longue date, a été publié fin juin, au moment où les facultés se vidaient des dernier.e.s étudiant.e.s qui passaient leurs rattrapages.

Dans ce rapport de 300 pages, une phrase glissée préconise l’augmentation des frais d’inscriptions à 1 000 euros pour toutes et tous les étudiant.e.s de Licence et Master.

Il serait donc question d’une multiplication par 5 des frais de scolarité en Licence et par 4 en Master.

Les auteurs font en effet de la hausse des droits de scolarité « l’un des principaux leviers d’augmentation des ressources propres » des universités, sans toutefois l’intégrer formellement à la liste des 21 propositions préconisées… !

où sont les jeunesLa ministre de l’Éducation Nationale Najat Vallaud-Belkacem et le secrétaire d’État à l’Enseignement Supérieur et la Recherche Thierry Landon réagiront quasi immédiatement, en « assurant » que la mesure n’était pas à l’ordre du jour du gouvernement… mais la phrase aura eu le « mérite »-comme on dit- de « relancer le débat » et c’est toute la presse nationale qui en fera ses titres.

Ce n’est pas la première fois, l’année dernière déjà, un rapport parlementaire préconisait l’augmentation des frais de scolarité.

L’État prépare ainsi progressivement les esprits, teste les réactions et les capacités de mobilisation et attend le moment qu’il considèrera opportun pour tenter de faire passer la mesure.

Les auteurs du rapport ne manquent en effet pas de rappeler que le sujet est « sensible politiquement et socialement »…

Leur ‘justice sociale’…

Dans les cercles capitalistes libéraux, on présente même la hausse des frais d’inscriptions comme une mesure de ‘justice sociale’.

En effet argumentent-ils, les enfants de cadres sont plus nombreux.ses à l’université que les enfants de smicards, ils bénéficient donc davantage de ce service public.


C’est bien vrai et ça ne date pas d’hier ! 
Dans la société capitaliste, accéder aux bancs de l’école ou des lycées a longtemps été le privilège d’une minorité. 

L’instauration de l’école obligatoire sous le IIIème république pouvait ainsi permettre de discipliner et d’endoctriner les jeunes paysans et ouvriers par peur d’une révolution, suite notamment à l’insurrection de la Commune de Paris en 1871, et face à la nécessité de faciliter la conscription des masses dans l’armée (pour les conquêtes coloniales, notamment Tunisie, Algérie, Vietnam, Congo, Soudan, Mali, Madagascar, et la préparation de la revanche vis-à-vis de l’Allemagne). L’école était ainsi chargée de « créer le sentiment national ». Dès cette époque déjà, l’identité nationale (synonyme de nationalisme) est utilisée contre la conscience de classe des ouvriers et paysans et pour mobiliser les masses pour l’intérêt de la nation, c’est-à-dire l’intérêt de ceux qui la dirigent.

L’école républicaine doit également apprendre aux enfants de prolos de se contenter de la misérable condition qui leur est réservée, et légitimer les valeurs dominantes, c’est-à-dire celles des dominants…


L’enseignement supérieur : un accès de fait inexistant pour la majorité

Ainsi, les enfants de la bourgeoisie, – bien qu’archi-minoritaires – sont sur-représentés dans l’enseignement supérieur – et encore plus dans les filières d’élites (écoles de commerces, d’ingénieurs) – alors que la majorité des enfants du prolétariat et des milieux populaires sont très tôt orientés vers le travail ouvrier : apprentissage possible dès 14 ans, sur les chantiers, dans les cuisines ou dans les champs.. bref, sur des métiers éprouvants physiquement, dans des conditions de travail dangereuses et usantes.

Ils et elles constituent une main-d’œuvre pas chère pour le patronat (entièrement gratuite parfois : ainsi, lors de la première année de contrat, le salaire d’un.e apprenti.e mineur.e est intégralement pris en charge par l’État depuis 2015 ; tandis que pour les autres années, une bonne partie du salaire des apprenti.e.s reste subventionnée par l’État, c’est-à-dire par l’argent public).

Faire d’une pierre, deux coups !

Si la question de la hausse des frais d’inscriptions, présentée dans certains médias comme étant « sur la table » aura bien été relayée, le contenu du rapport est quant à lui totalement éludé.

Ainsi, ce rapport intitulé « la situation financière des universités » revient sur les moyens de « faire des économies », les restructurations mises en place jusqu’à présent, et indique où il convient dorénavant de couper…

Les moyens mis en œuvre jusqu’à maintenant :

Le rapport constate que les droits d’inscriptions des Diplômes Universitaires (D.U.) – qui ont pour particularité d’être fixés librement par les établissements, à la différence des diplômes nationaux de Licence, Master et Doctorat – se sont envolés de 89 % en cinq ans… mais les rapporteurs encouragent les universités à augmenter les droits de scolarité des D.U. estimant que « la marge de manœuvre [est] encore insuffisamment exploitée par une partie des établissements ».

Le rapport note également pêle-mêle : la réduction significative des dotations allouées aux composantes (facultés), qu’elles répercutent elles-mêmes par la suite, à la base ; la fermeture de formations et d’options ; les mutualisations de cours ; le développement des CM à la place des TD etc.

Les gels d’embauche et les non-renouvellements sont également mentionnés à la catégorie moyens de « court terme » mis en œuvre par les présidences pour faire des économies. La conséquence pour les personnels restants, c’est concrètement l’augmentation de leur charge de travail. Le rapport mentionne aussi la pratique des dé-qualifications de postes : un agent nouveau affecté sur un même poste et pour un même travail, sera payé moins que son collègue qui l’occupait précédemment.
Les externalisations de services sont également une pratique courante. À Lyon 2 par exemple, la présidence actuelle qui, au moment de son investiture garantissait la main sur le cœur que jamais elle n’externaliserait les personnels du service de ménage (envisagée par la précédente, contrainte à reculer face à la mobilisation des personnels en question) est actuellement en train de tenter d’y procéder !

Bref, ce sont les personnels qui subissent concrètement, via leur précarisation et la dégradation généralisée de leurs conditions de travail. Et pourtant… !

Le rapport préconise des « mesures de redressement » :

Ainsi, dans le cadre des fusions d’établissements, liées à la création des COMUE (Communautés d’universités et établissements, en application de la loi Fioraso), de nouvelles réorganisations et restructurations doivent être réalisées, dans l’objectif de « rationaliser »…

Selon l’objectif assigné de « dégager des marges de manœuvre substantielles » il serait « nécessaire de réexaminer les activités « cœur de métier » des universités ». Selon les rapporteurs, il faut « réexaminer » l’offre de formation (loi Fioraso) et naturellement, pour faire des économies, de supprimer des formations ! Alors même que nombre d’étudiant.e.s se voient déjà refuser l’inscription pour motif de « capacités d’accueil insuffisantes » !

Il faut également « rééxaminer » la politique de recherche des universités « à l’aune de leur soutenabilité budgétaire ». Le rapport préconise ainsi l’instauration « d’outils de pilotage » centralisés, qui devront permettre d’indiquer… où couper !

Le rapport préconise encore également la « rationalisation du parc immobilier » des universités. Il convient ainsi de vendre les bâtiments, ce qui aura pour conséquence de.. diminuer encore le nombre de salles de cours et donc de places… !

Dans le contexte historique de crise que nous connaissons, où chaque jour nos conditions de vie, de travail et d’études sont attaquées par gouvernement et patronat, la hausse des frais de scolarité en France est une mesure crédible à plus ou moins court terme. Elle a d’ailleurs été tentée d’être appliquée en Angleterre, au Chili, au Québec, en Espagne, avec plus ou moins de succès, du fait des luttes importantes qu’elle a entraînées.

Une place pour tous et toutes à l’université, avec ou sans papiers, dans la filière de son choix !

Contact :
Mail : uselfse@yahoo.fr
Blog : fselyon.wordpress.com
Facebook : Page Solidaires Etudiant-e-s Lyon

Inscription pour tous

Solidaires étudiant-e-s Lyon – Syndicat de lutte, qu’est-ce que c’est ?

SESL Lyon contacts LOGONous sommes une section syndicale étudiante qui se revendique du syndicalisme de lutte. Nous appartenons à une fédération organisée nationalement, Solidaires Étudiant-e-s – Syndicats de Luttes, issue de la fusion des deux fédérations Sud étudiant et FSE, dont l’objectif est le rassemblement du syndicalisme étudiant de lutte.

Nous défendons des positions de classe, à l’université, ce qui signifie que nous défendons en priorité les intérêts des étudiant.e.s issu.e.s des classes populaires, pour lesquel.le.s étudier rime déjà avec précarité, contre la dégradation de nos conditions de vie et d’études, par la mise en place d’un rapport de force collectif.

En tant que syndicat de classe, nous sommes solidaires des personnels des universités qui subissent précarisation, augmentation de leur charge de travail, gel de salaires, suppressions de postes etc., bref la dégradation de leurs conditions de vie et de travail et nous efforçons de créer la nécessaire solidarité.

Nous défendons des positions anti-patriarcales, internationalistes, anti-impérialistes, antifascistes et anticapitalistes !

Notre fonctionnement cherche à être non-hiérarchique et à se baser sur des principes de démocratie directe. Dans notre activité et dans nos instances, nous luttons contre la reproduction des formes d’oppressions et de domination qui pourraient exister entre militant.e.s.

En tant que syndicat solidaire et ouvert sur l’ensemble de la société, nous nous opposons au corporatisme – c’est-à-dire à la fois à l’idée que les étudiant.e.s forment un groupe homogène aux intérêts communs, et à leur organisation catégorielle dans des associations corporatistes qui reproduisent ou encouragent des oppressions de type racistes, sexistes ou sociales. Nous lions nécessairement nos actions et nos analyses à celles de l’ensemble des dominé.e.s, avec lesquel.le.s les étudiant.e.s les plus précaires partagent des intérêts communs, qu’ils/elles soient travailleurs.ses, chômeurs.ses, sans-droits, immigré.e.s, ou sans-papiers !

Les logiques que nous combattons ne sont pas propres à la France, mais au système capitaliste. Nous sommes internationalistes parce que le capitalisme est international, et que partout, la classe des exploité.e.s en subit les conséquences.

Solidaires Étudiant-e-s en tant que syndicat de lutte s’oppose à la cogestion : on ne peut à la fois élaborer ou gérer les plans et les réformes du gouvernement et les combattre. Si nous siégeons dans les conseils d’université (Conseil d’Administration et Commission de la Formation et de la Vie Universitaire) – tout en ne reconnaissant pas leur légitimité ! –, c’est dans le but de relayer les informations et décisions prises par l’exécutif universitaire.

Nos seules victoires viendront de la mobilisation collective !

Pour une université publique, gratuite, laïque, critique, populaire et ouverte à toutes et tous !

Contre la sélection, contre la soumission de l’université aux intérêts privés, contre la marchandisation du savoir et de l’enseignement !

Nous tenons régulièrement des réunions ouvertes, si vous vous reconnaissez dans nos positions, voulez en discuter, souhaitez nous rejoindre, n’hésitez pas à nous contacter et à venir à notre rencontre !

Pour mener la lutte, on n’a d’autre choix que de s’unir et de s’organiser : rejoins-nous !david & goliath

Contact : uselfse@yahoo.fr
Blog : fselyon.wordpress.com
Facebook : page Solidaires Etudiant-e-s Lyon

Étudiant-e-s précaires, faisons-nous exonérer/rembourser des frais d’inscriptions !

Université pour toutes et tousOutre les boursier.e.s, une partie des étudiant.e.s (jusqu’à 10%) peuvent, en raison de leurs problèmes financiers, être exonéré.e.s des droits d’inscriptions en vertu du décret n°84-13 de la loi Savary de 1984 :

Article 3 : « peuvent bénéficier de l’exonération des droits d’inscriptions les étudiants qui en font la demande en raison de leur situation personnelle, notamment les réfugiés et les travailleurs privés d’emploi. Les décisions d’exonération sont prises par le président de l’Université en application de critères généraux fixés par le conseil d’établissement et dans la limite des 10% des étudiants inscrits, non comprises les personnes mentionnés à l’article 2 (les boursiers) ».

A noter que les étudiant.e.s étranger.e.s, avec ou sans papiers, peuvent également se faire exonérer et rembourser.

Il faut cependant savoir que les frais remboursés sont les seuls droits universitaires, la cotisation sécurité sociale n’est elle pas remboursée.

Pour le remboursement, à Lyon 2, vous devez retirer une fiche individuelle de demande de remboursement au centre d’inscription (sur le campus des Quais).
Il faut ensuite la renvoyer dûment complété à :

Université Lumière Lyon 2
Centre d’inscriptions
A l’attention de Madame COUDON
86 rue Pasteur
69365 Lyon cedex 07

Le traitement d’une demande de remboursement des frais d’inscriptions pouvant prendre de 2 à 5 mois, nous vous conseillons de faire une demande d’exonération des frais d’inscription.

Pour cela, il faut retirer un dossier auprès du secrétariat du service social ou de l’accueil de la Maison Des Étudiants à Bron. Il faut ensuite prendre un RDV auprès des assistantes sociales du CROUS (tél. : 04 72 80 13 25 tous les jours de 9h à 12h et de 13h à 17h) puisque ce sont elles qui évaluent la situation et instruisent le dossier.

Les dossiers de demande d’exonération sont ensuite examinés par une commission présidée par le Vice-Président chargé de la Formation et de la Vie Universitaire.

Si vous êtes en importante galère financière, sachez par ailleurs que vous pouvez également demander à bénéficier du Fonds National d’Aide d’Urgence aux Étudiants (FNAUE). Pour ça, il faut prendre un RDV avec les assistantes sociales du CROUS.

affiche-rentrc3a9e-frais-dinscription-localSi vos demandes de remboursement et d’exonération n’aboutissaient pas, ne nous laissons pas faire, contactez-nous et organisons-nous ensemble !

Pour une gratuité totale des études !

Contact :
Mail : uselfse@yahoo.fr
Blog : fselyonwordpress.com
Facebook : Page Solidaires Etudiant-e-s Lyon

Non à la loi Macron, véritable CPE pour tous et toutes !

Alors que l’État restreint chaque jour un peu plus les libertés publiques et démocratiques -vote de la loi renseignement, répression généralisée (syndicalistes, quartiers, mouvements sociaux, migrants, déploiement militaire), le gouvernement pratique une guerre sociale éclair permanente ! La logique est simple : frapper vite, frapper partout, frapper fort !

En cette période historique de crise, où nous voyons chaque jour nos conditions de vie et de travail attaquées par gouvernement et patronat, dans le même temps, pour mieux régner, ils essaient de nous diviser. Ainsi, ils tentent d’opposer travailleurs aux chômeurs, chômeurs aux travailleurs, salariés du privé aux fonctionnaires, intérimaires aux CDI…

De la gauche à l’extrême droite, de mairies en préfectures, de TF1 à I-Télé, du gouvernement au Parlement jusqu’au plus haut sommet de l’État, la liberté d’exprimer son racisme est bien autorisée et les boucs émissaires nous sont désignés : migrants, musulman-e-s (ou supposé-e-s), Rroms… Et de la rue aux tribunaux, de la BAC, CRS ou Gendarmes Mobiles, aux juges et procureurs, tous les moyens sont déployés pour nous écraser !

Dans ce contexte, le gouvernement passe en force sur la loi Macron, en recourant en ce jeudi 9 Juillet une troisième fois au 49-3, permettant d’adopter une loi sans vote, ni débat et fait ainsi adopter « définitivement » cette attaque d’une ampleur incomparable. Ainsi, le pouvoir ne s’embarrasse plus de vernis démocratique pour imposer la loi du patronat, et c’est l’immense majorité des travailleurs qui en paient le prix !

Macron

Un CPE pour tous et toutes et pour toute la durée du contrat !

Alors qu’en 2006 le CPE prévoyait de donner le pouvoir aux patrons de licencier les jeunes travailleurs sans motif et sans recours possible pendant les 2 premières années du contrat, la loi Macron choisit un angle d’attaque différent, beaucoup plus destructeur.

Ainsi, la loi Macron fixe le principe de plafonds (dérisoires) aux indemnités perceptibles par le salarié qui contesterait devant les prud’hommes son licenciement abusif. Ainsi le salarié ne peut plus se faire indemniser l’intégralité du préjudice que son licenciement a engendré, mais surtout, les plafonds indemnitaires sont si dérisoires que les travailleurs auront désormais de moins en moins intérêt à contester leur licenciement devant les prud’hommes !

En clair, puisque les patrons ne risquent plus aucune sanction sérieuse, c’est le licenciement sans motif et permanent et pour tou-te-s les salarié-e-s qui est de fait légalisé !!!

Source :  Blog de David van der Vlist avocat en droit du travail

Source : Blog de David van der Vlist avocat en droit du travail


Les principales mesures contre les droits des travailleurs de la loi Macron

  • Dépénalisation du délit d’entrave à l’activité des représentants syndicaux dans une entreprise. Les patrons ne risqueront ainsi plus qu’une amende administrative, négociable avec la DIRRECTE (largement favorable au patronat). Objectif affiché : « Rationaliser les sanctions applicables au délit d’entrave pour ne pas dissuader les investisseurs étrangers. »
  • Création dans la loi de la notion (patronale) de « travail en soirée » (de 21h à 00h) « avec compensation» mais « sans plancher »… remplaçant ainsi sur ce créneau le travail de nuit censé garantir des compensations minimales.
  • instauration du travail gratuit pour les handicapés avec la création des « périodes de mise en situation professionnelle ».
  • Suppression des élections prud’homales. Désormais désigné-e-s par le président de la Cour d’appel sur proposition des syndicats, les conseillers peuvent être démis de leur fonction s’ils/elles sont jugé-e-s pas suffisamment « impartial » (en clair, s’ils défendent trop les salariés…).
  • Suppression de la deuxième partie de l’alinéa 2064 du code civil qui faisait du contrat de travail, un contrat de nature différente qu’un contrat civil. Cela nie la réalité de l’exploitation du salarié par le patron, que le code du travail était censé protéger a minima. Cela permet désormais la résolution de tout litige du travail par simple « accord » du salarié et alors aucun juge, prud’homal ou non, ne pourra venir troubler cet « accord » au nom d’un quelconque droit du travail. Travailler le dimanche, la nuit, 12h par jour, 60h par semaine, pour un demi-SMIC…du moment que le salarié est « d’accord ».

 

– davantage de possibilités de déroger au repos du dimanche (accorder jusqu’à 12 dimanche par an, contre 5 jusqu’à maintenant). Création de « zones touristiques internationales » (ZTI), les commerces de ces zones pourront ainsi ouvrir tous les dimanches de l’année et également les soirs jusqu’à minuit.

VallsCibleLecodeDutravail

   Pour le gouvernement – fidèle à la propagande patronale que l’on entend tous les jours, matin, midi et soir, à la radio, à la télé, dans les journaux – il faut « sécuriser » les patrons (!) et donc, flexibiliser les salariés. Il faudrait ainsi les faire travailler plus longtemps, supprimer leurs maigres droits, diminuer les salaires directs (nets) comme indirects (baisse des indemnités chômages, baisse des pensions retraites, etc), et assurer l’immunité juridique et l’impunité totale des patrons.

Plus globalement, la bourgeoisie attaque l’ensemble des institutions qui encadraient et limitaient (un peu) l’exploitation des travailleurs et travailleuses : inspection du travail, médecine du travail, justice du travail, droit pénal du travail, institutions représentatives du personnel, etc. Elle attaque aussi la sécurité sociale : entre le flicage et la criminalisation des allocataires, les déremboursements, la fermeture des centres d’accueil CAF, tout est fait pour réduire le droit social à de simples bonnes intentions et décourager les ayants droit de réclamer les prestations sociales. Ainsi, seulement la moitié des personnes ayant droit à des prestations sociales les perçoivent effectivement (soit 12 milliards non versés).

De quoi la loi Macron est-elle la suite ? 3 années de mesures antisociales du gouvernement PS

Après le Crédit d’Impôt Compétitivité et Emploi et ses 20 milliards de cadeaux fiscaux pour le patronat financés par une augmentation de la TVA dite sociale (payée par tou-te-s) ;

Après l’Accord National Interprofessionnel (ANI) permettant de faciliter les licenciements et la diminution des salaires -« Accords de Maintien dans l’Emploi »- et de conférer au patronat une quasi immunité juridique avec la réduction des délais de prescription pour tout litige du travail de 5 à 3 ans (après être passés de 30 à 5 ans en 2008) ;

Après la réforme des retraites (augmentation à 43 annuités de cotisations nécessaires pour toucher une retraite à taux plein), d’où baisse mécanique des pensions faute de pouvoir remplir les conditions donnant droit à une retraite à taux plein ;

Après le Pacte de responsabilité, ses 10 milliards supplémentaires d’exonération de cotisations « patronales » sur les bas salaires, ses 10 milliards de réduction de dépenses de l’assurance maladie et ses 11 milliards de réduction de dépenses pour la protection sociale ;

Après la nouvelle convention Unédic qui modifie les conditions d’indemnisation du chômage en diminuant les allocations chômage et en augmentant les différés d’indemnisation -les salarié.e.s quittant leur entreprise avec des indemnités de rupture doivent patienter plus longtemps avant de toucher une indemnisation du Pôle emploi (180 jours maximum contre 75 auparavant) ;

Après une nouvelle diminution des moyens pour logement et santé pour financer les milliards d’augmentation de budget pour l’armée

Le gouvernement continue son offensive avec la loi Macron dans sa version II.
ps et ump meme combat

Travailler plus, gagner moins, fermer sa gueule ou perdre son emploi

Au nom du dialogue social, de la compétitivité ou de l’emploi, gouvernement et patronat justifient toutes les attaques antisociales contre travailleurs, chômeurs et plus précaires.

La loi de 2013 dite – sans blague – « de sécurisation de l’emploi » permettait déjà la signature dans les entreprises « d’accords » pour une durée de 2 ans, selon la logique du chantage à l’emploi. Ainsi, les ouvriers et ouvrières sont contraint-e-s d’accepter de travailler plus longtemps pour le même salaire et/ou de gagner moins pour le même travail, de travailler dimanche, de nuit… S’ils/elles refusent, c’est tout bonnement le licenciement pour motif personnel (qui accorde des indemnités chômage beaucoup moins favorables qu’un licenciement économique). Avec la loi Macron, ces accords pourront désormais couvrir une période de 5 ans !

Le gouvernement a également déjà validé l’augmentation de la période d’essai pour les apprenti-e-s, le gel des seuils sociaux jusqu’en 2018, c’est-à-dire suppression de l’instauration de droits pour les travailleurs dans l’entreprise (élections de délégués du personnel, comité d’entreprise, etc).

Sans inversion du rapport de force, c’est la dégradation généralisée des conditions de travail, l’augmentation du temps de travail et la diminution des salaires pour tous et toutes qui nous menacent !

Le mercredi 17 juin 2015, au lendemain du deuxième recours au 49-3, Emmanuel Macron annonce dans Challenges que sa « prochaine cible c’est le code du travail », « qu’il est prêt pour mener cette bataille », « qu’il faut profiter du momentum favorable pour accélérer les réformes »… Ce Jeudi 9 Juillet, Valls dans son discours au parlement pour justifier le 3ème recours au 49-3 explique qu’« il faut poursuivre et amplifier ce mouvement de réforme. ». Et de fait, la loi Macron donne au gouvernement les pouvoirs pour légiférer par ordonnance pendant 9 mois – c’est-à-dire la possibilité de faire passer, quasi immédiatement, des mesures relevant du domaine de la loi – dans de nombreux domaines ayant trait au droit du travail…

Il est impossible de recenser et d’analyser toutes les attaques que l’on subit. Mais on comprend bien, tous les jours, que notre situation se dégrade, et que sans dynamique collective unitaire des apprentis, étudiants, chômeurs, travailleurs, précaires, retraités, la situation ne peut qu’empirer.

Gouvernement et patronat nous voudraient sans droits, dociles, flexibles et précaires, ne nous laissons pas faire !

C’est une guerre sociale totale que nous mènent gouvernements et patronat, notre détermination à les combattre doit être à la hauteur des enjeux de la situation !

 

49 3 DIC

Le 9 avril, étudiant.e.s, vacataires, enseignant.e.s-chercheur.e.s, personnels et précaires des universités, dans la rue contre l’austérité !

Loi Macron Loi des Patrons Toutes et tous en grève 10.04.2015Tract du collectif des enseignant.e.s-vacataires :

Depuis de nombreuses années, les gouvernements successifs de droite comme de gauche ont orchestré, via des lois ultra-libérales, la lente mort de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche [ESR]. La loi relative aux Libertés et Responsabilités des Universités dite loi LRU (Loi Pécresse – 2007) puis la loi Fioraso (2013) ont forcé une restructuration de l’ESR par le bas. À force de coupes budgétaires et de désengagement financier de l’État, les établissements ferment des formations, gèlent des postes, licencient des contractuels, suppriment des postes d’ATER [Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche], externalisent des services et maintiennent dans la précarité nombre de ses salarié.e.s…

…Et cela n’est pas prêt de s’arrêter ! Le « Pacte de responsabilité » et ses 50 milliards d’euros d’économies ainsi que le projet de Loi Macron, sous les atours de la « croissance et [de l’] activité », ne sont rien d’autre qu’une énième manifestation de la volonté du gouvernement de nous engager dans la voie de l’austérité. À l’Université, comme dans n’importe quel secteur salarié, la possibilité de déroger au Code du travail (par des accords directs entre patrons et salarié.e.s par convention individuelle), impactera nécessairement les conditions de travail et d’emploi des contractuel.le.s, déjà précaires et fragilisés par une gestion irresponsable et délétère des ressources humaines au sein des établissements de formation.

À Lyon 2, la précarité et le non-respect du droit du travail : on connaît bien !

Depuis septembre 2014, les enseignant.e.s-vacataires, avec le soutien des étudiant.e.s, se mobilisent contre leurs conditions d’emploi et de travail inacceptables : embauche sur la base d’un mauvais support d’emploi ne correspondant pas à leurs missions effectives, contrats arrivés entre cinq et sept mois de retard, rémunérations versées au compte-gouttes et au bon vouloir de la DRH, T.D. surchargés où les étudiant.e.s, trop nombreux.ses, ne trouvent pas de chaises pour s’asseoir, racket aux frais d’inscription pour les doctorant.e.s-vacataires qui reversent une partie de leur rémunération à leur propre employeur, tâches « annexes » non rémunérées (correction, préparation des cours et surveillance des examens). Mais après six semaines de grève et la rétention des notes du premier semestre, l’équipe présidentielle de Lyon 2 ne propose aucune solution pérenne et viable pour résoudre ces problèmes. Ainsi, la mobilisation se poursuit et les enseignant.e.s-vacataires ne comptent pas lâcher l’affaire…

De Lyon à Paris : solidarité entre précaires des universités !

En France, les salarié.e.s précaires des universités se mobilisent contre la casse de l’Université et des conditions de travail toujours plus difficiles et inacceptables. Ainsi, les personnels de Paris 8 sont en grève depuis huit semaines pour exiger la revalorisation de leurs salaires. Au début du second semestre 2014-2015, à Paris-Sud (Orsay) et Paris 13, les enseignant.e.s ont mené une lutte pour protester contre les coupes budgétaires et le non-renouvellement de certains postes, résultats des restrictions budgétaires imposées par le gouvernement aux universités…

…Partout, l’austérité infligée aux universités mène les enseignant.e.s, les étudiant.e.s, les vacataires et les personnels BIATSS à se révolter contre des conditions d’études et de travail toujours plus précaires et insoutenables. Celles et ceux qui font tourner et vivre ces établissements ne cessent d’alerter depuis des années le gouvernement sur les impacts de ses lois et décisions délétères, ne leur permettant plus de fournir un enseignement de qualité…

Toutes et tous ensemble : refusons le désastre annoncé !

9 AVRIL MACRON ACHEVE BIEN LES PROLOS…En juin 2014, Geneviève Fioraso avait annoncé vouloir réaliser une économie de 1,6 milliards d’euros sur les budgets 2015-2017 de l’Enseignement supérieur et la recherche. Parallèlement, le gouvernement déshabille l’Université mais renfloue les poches du patronat sur le dos du service public de l’ESR grâce au Crédit Impôt Recherche [CIR]. Véritable niche fiscale pour les entreprises privées, le CIR leur permet de déduire de l’impôt sur les sociétés 30% de leurs investissements recherche et développement, atteignant alors la somme de 6 milliards d’euros en 2015 à charge pour les finances publiques.

Le « Pacte de responsabilité », la Loi Macron (avec ses multiples cadeaux au patronat et le démantèlement de droits et d’acquis sociaux), les lois austéritaires qui touchent l’Université (LRU, Fioraso), le « déverrouillage » du CDI… Tout cela signe la mort du service public et l’avènement d’une précarisation de l’ensemble des salarié.e.s des secteurs publics et privés.

Le 9 avril, mobilisons-nous toutes et tous
pour faire entendre la colère qui gronde
contre la précarisation généralisée et l’austérité !

GRÈVE ET MANIFESTATION INTERPROFESSIONNELLE
10h30 – Place Jean Macé – Lyon

Manifestation pour l’application du droit au logement !

Droit Au LogementÀ 3 jours de la fin du plan froid, et après la mobilisation qui a commencé le 20 novembre avec l’occupation d’une dizaine d’écoles et collèges sur l’agglomération lyonnaise pour héberger des familles sans logement, le collectif Jamais Sans Toit revendique que le droit inconditionnel au logement qui est inscrit dans la loi soit appliqué.

Pour que soit appliqué le droit inconditionnel au logement !

« Toute personne en situation de détresse a accès, sans aucune condition de régularité de situation, à tout moment à un hébergement d’urgence. » (Article 3452-2 du Code de l’Action sociale et des familles)

MANIFESTATION À LYON SAMEDI 28 MARS À 15H00 AUX TERREAUX !

Malgré nos alertes, la préfecture du Rhône ne donne toujours pas de réponses aux familles encore dans la rue.
Pire, les familles hébergées d’urgence cet hiver dans les foyers et les hôtels risquent d’être remises à la porte au 31 mars.

Ceci est inacceptable et les différents collectifs et associations dénoncent ces pratiques abjectes !
Nous rappelons qu’il existe des solutions dans l’agglomération étant donné le nombre important de logements vides, propriétés des collectivités territoriales.

Pour manifester notre indignation et ne pas laisser ces enfants et leurs parents dehors, rendez-vous à 15h aux Terreaux !
Le cortège se rendra à l’école Gilbert Dru (7ème), occupée depuis 3 mois pour loger des familles SDF.

BOURSIER.E.S, LE CROUS VEUT VOTRE THUNE : QUELQUES RÉFLEXES D’AUTODÉFENSE

Article de Solidaires Étudiant-e-s Lyon paru dans le journal Un Pavé Dans Ta Fac n°5 !

Cette année, pour la première fois, le CROUS cherche à effectuer deux contrôles d’assiduité des étudiant.e.s boursier.e.s dans l’année.

Affiche fédérale salariat étudiant nuit gravement à nos étudesEn clair, avant cette année, les contrôles avaient lieu (pour raisons budgétaires) juste une fois l’an, par l’envoi d’un questionnaire aux universités après le premier semestre. Les étudiant.e.s non-assidu.e.s étaient alors signalé.e.s et on leur réclamait le remboursement des versements du CROUS. Celles et ceux qui décrochaient après cette période passaient à travers les mailles, du moins jusqu’à ce qu’on leur demande de présenter, pour une démarche administrative quelconque, un relevé de notes.

Aujourd’hui -en l’absence de thunes pour payer les personnels administratifs, les vacataires, et les personnels de ménage-, on a enfin trouvé le budget pour vous contrôler deux fois plus ! Des questionnaires seront donc comme d’habitude envoyés aux facs après le premier semestre MAIS PROBABLEMENT AUSSI après le second semestre.

Face à ça, quelques réflexes d’autodéfense s’imposent :

  • Affiche fédérale organisons-nous PugracripoEssayer de négocier avec le/les chargé.e.s de TD, afin qu’ils ne vous notent pas absent.e en cours et vous préviennent pour passer les examens (ou conviennent avec vous d’autres modalités d’examen).
  • Se mettre le doyen et/ou le secrétariat de votre département dans la poche : lors du renvoi des questionnaires au CROUS, les déclarations des facs font foi et, à moins que vous n’ayez ultérieurement à présenter à nouveau un relevé de notes (alors on pourra éventuellement se rendre compte du contournement), on ne vous demandera pas de rembourser.
  • S’organiser collectivement pour obtenir des DISPENSES D’ASSIDUITÉ, y compris pour les étudiant.e.s boursier.e.s : à quelques-uns dans le même UFR, on peut avoir le rapport de force face au secrétariat, et obtenir la dispense salvatrice (par contre il faut se présenter aux examens terminaux).

En tout état de cause, en cas de pépin par rapport aux bourses, n’hésitez pas à contacter le syndicat LE PLUS TÔT POSSIBLE : tant que le dossier n’est pas sorti de la fac, c’est encore négociable (une fois transmis au CROUS, en général on peut juste négocier un échéancier) [1]. Pour beaucoup d’entre nous, garder cette thune est une simple question de survie : ça ne se légitime pas, ça ne se négocie pas.

Face à ceux qui rognent sur nos conditions de vie, on lutte, on s’organise !

[1] En particulier les boursier.e.s qui recevraient un ordre de reversement (= rembourser la thune), parce qu’ils ont été absents à un examen, doivent tenter par tous les moyens de justifier de leur absence afin d’obtenir un rectificatif d’assiduité. Si c’est impossible, on peut toujours essayer de prouver l’assiduité en cours jusqu’en décembre pour transformer un reversement total en reversement sur deux mois.

Victoire des enseignant-e-s vacataires de Lyon 2 et de leurs soutiens !

Communiqué du collectif des vacataires précaires de l’université Lyon 2 en date du 11 mars 2015, à lire dans notre journal Un Pavé Dans Ta Fac n°5 :

12.03.2015 Camping Lyon 2 FdQ

Hourra ! Après plus de six mois de mobilisation, six semaines de grèves et deux heures et demi de camping sur le campus des Quais, la mobilisation des enseignant.e.s vacataires précaires sort victorieuse du bras de fer avec la présidence de l’université.

Devant l’occupation de la cour ERRATO du 4 bis rue de l’Université à l’aide d’une quinzaine de tentes en signe de protestation contre l’absence de rémunération pour les heures effectuées et le racket aux frais d’inscription (l’équivalent de 12 heures de TD), la présidence a enfin plié et concédé :

  • Le remboursement des frais d’inscription (hors sécurité sociale) pour tou-te-s les étudiant-e-s enseignant-e-s vacataires de l’année 2014-2015
  • La création d’une commission tripartite composée pour un tiers de vacataires enseignant-e-s chargée de plancher sur les conditions de recrutement.

Nous nous félicitons de cette première victoire, annonçons que nous resterons vigilant-e-s sur l’application de ces engagements ainsi que sur la poursuite du règlement de la situation du point de vue des contrats et de la mise en paiement des heures, ainsi que sur la prise en compte de la revendication de pérennisation de la procédure d’exonération sur la base du service prévisionnel dès le premier TD pour les années qui suivront.

Nous resterons par ailleurs vigilant-e-s sur le fait que les personnes identifiées comme grévistes et mobilisées dans le cadre de ce mouvement ne fassent pas l’objet de répression de la part de l’université.

Nos revendications portent également sur d’autres aspects :

  • Limitation des effectifs en TD à 30 étudiant-e-s
  • Ouvertures de postes
  • Engagement ferme sur la tenue des TD un mois à l’avance
  • Revalorisation du taux horaire des TD au titre de la prise en compte de la charge correspondant aux tâches annexes ainsi qu’au titre de compensation pour la précarité induite par les conditions d’emploi.

Nous annonçons d’ores et déjà que nous porterons ces revendications devant les instances compétentes, à l’échelon local et national.

Nous profitons de ce communiqué pour remercier tous nos soutiens dans la lutte, étudiant-e-s, personnels de l’université (administratifs, techniques, sociaux, enseignants), syndicats, organisations de précaires, les soutiens venus d’autres universités ainsi que de diverses personnalités publiques et souhaitons réaffirmer à cette occasion que l’exaspération et la colère sont bien des vecteurs de mobilisation, et que les mobilisations payent.

Restons toutes et tous mobilisé-e-s pour défendre nos conditions d’études et de travail contre les politiques rapaces qui minent l’enseignement supérieur et la recherche !

Action des vacataires précaires de Lyon 2 !

Nous, enseignant.e.s-vacataires de l’Université Lyon 2, entamons une sixième semaine de grève suite au constat de l’inaction et du mépris toujours plus grand de l’équipe présidentielle de l’Université face à nos revendications fondées, pour leur majeure partie, sur une simple application du droit du travail.

05.03.2015 journée d'action ESR Lyon 2À ce jour, des enseignant.e.s-vacataires attendent toujours leur contrat de travail. Il manque encore de nombreuses rémunérations dues pour des heures effectuées au premier semestre 2014-2015 ; d’autres encore n’ont toujours pas perçu leur paie pour l’année 2013-2014. Par ailleurs, le versement des paies du premier semestre n’est pas effectif pour l’ensemble des enseignant.e.s-vacataires ayant récemment signé un contrat ; pire, certain.e.s n’ont perçu qu’un acompte à hauteur de 50% lorsque d’autres ont reçu l’intégralité de leur paie pour le service d’enseignement déjà effectué.

De notre côté, c’est plus de 600 euros de frais d’inscription que nous avons toutes et tous versé à l’Université, notre employeur, pour s’y inscrire, y travailler et qui ont été encaissés en temps et en heure, alors que nous, nous sommes toujours en attente du versement de nos rémunérations depuis plusieurs mois !

Face à cette situation scandaleuse, nous réaffirmons notre détermination à obtenir :

  • Des contrats signés pour tou.te.s les enseignant.e.s-vacataires du premier et du second semestre,
  • Une mise en paiement immédiate pour tou.te.s les enseignant.e.s-vacataires ainsi que le paiement pour les enseignant.e.s-vacataires ayant effectué leur service au titre de l’exercice 2013-2014,
  • L’exonération des frais d’inscription pour les enseignant.e.s-vacataires et le remboursement des frais d’inscription pour tous les enseignant.e.s-vacataires étudiant.es pour l’année en cours.

Nos revendications portent également sur :

  • la mensualisation du paiement des heures effectuées pour tou.te.s les vacataires ;
  • le paiement de toutes les heures : service d’enseignement, surveillances et corrections d’examens, réunions pédagogiques etc., soit une revalorisation du taux horaire ;
  • l’augmentation du nombre de contrats statutaires : CDU, ATER et MCF ;
  • un engagement ferme sur la tenue des TD au moins un mois avant le début des cours, c’est à dire pas de fermeture de TD quelques jours avant le début du semestre ;
  • la limitation à 30 du nombre d’étudiant-e-s par TD.

Face au mépris et à la désinformation exercée par l’équipe présidentielle sur la situation des enseignant.e.s-vacataires, face à la précarité qui nous touche toutes et tous, face aux politiques d’austérité (appliquées sans vergogne par la présidence) qui dégradent les conditions de travail et d’études de tous les personnels de l’université et des étudiant.e.s, poursuivons la mobilisation ensemble et exigeons de l’équipe présidentielle qu’elle prenne enfin ses responsabilités !

Soyons nombreuses et nombreux, étudiant.e.s, personnels, titulaires, vacataires
mercredi 11 mars à 9h00

Pour une FLASH MOB
dans la cour du bâtiment CLIO (4 bis rue de l’Université) – Campus des Quais, Université Lyon 2

La secrétaire d’Etat aux droits des femmes évoque une nouvelle fois l’interdiction du voile à l’université : combattons une telle mesure !

Université pour toutes et tousCommuniqué de la fédération Solidaires Étudiant-e-s Syndicats de Lutte en date du 3 mars 2015 :

La secrétaire d’État aux droits des femmes, Pascale Boistard, a déclaré devant le Figaro ce lundi 2 mars qu’elle n’était pas « sûre que le voile fasse partie de l’enseignement supérieur », affirmant qu’il fallait « pouvoir discuter » de son interdiction. L’idée n’est pas nouvelle : elle avait déjà été évoquée au moment de la loi de 2004 prohibant le port du voile dans les établissements scolaires, et avait refait surface il y a deux ans à l’occasion d’un rapport du Haut Commissariat à l’Intégration.

La fédération Solidaires Étudiant-e-s Syndicats de Lutte, dénonce à nouveau la gravité d’une telle mesure, qui relève à la fois d’un racisme décomplexé et d’une méconnaissance de ce qu’est l’enseignement supérieur. Notre fédération annonce qu’elle s’opposera dans tous les établissements à la mise en place de cette interdiction.

Cette potentielle interdiction, tout comme celles de 2004 dans les écoles et de 2010 dans les lieux publics, ne sert qu’à nourrir les comportements discriminatoires et haineux. Comme le rappelait le Collectif féministe pour l’égalité dans un appel en 2014, ces lois sont des lois d’exclusion, et non de défense de la laïcité.

Aucune mesure ne doit servir d’intervention dans la vie privée des personnes, dans leurs choix, et imposer aux corps, et en premier lieu celui des femmes, une quelconque ligne de conduite. Aucune mesure ne doit servir la déscolarisation forcée, et l’exclusion de l’espace public.

L’université n’est pas « neutre ». Elle doit être, comme le reste des établissements scolaires, « laïque et indépendant[e] de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique » et également développer l’autonomisation des contenus de formation, l’indépendance de la pensée et la liberté des individu-es. Cela ne signifie pas que le voile n’a rien à faire dans l’enseignement supérieur, mais bien au contraire que cet espace pluriel en genres, origines, classes, sexualités, opinions etc. doit rester protégé de toute idéologie uniformisante et raciste.

Solidaires étudiant-e-s, syndicats de luttes / Porte-parolat : 06.86.80.24.45 /
http://www.solidaires-etudiant-e-s.org / contact@solidaires-etudiant-e-s.org

Journée de mobilisation le 5 mars 2015

La grève est étudiante la lutte est populaire

5 mars dans l’ESR : pour défendre les conditions de travail et d’études

Le désengagement de l’État du service public d’enseignement supérieur et de recherche a des conséquences directes et dramatiques sur nos conditions d’études et de travail.

Dans les établissements, ce sont des millions d’euros qui manquent pour pouvoir fonctionner correctement. Ponctionner les fonds de roulement ne peut en aucun cas être une solution.

Partout, les personnels se précarisent, des postes sont gelés voire supprimés, et les formations rabotées. Cette situation n’est plus tenable. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités et mettre un terme à l’austérité qui asphyxie les établissements, universités comme organismes de recherche, afin d’assurer des conditions de travail et d’études décentes.

Dans plusieurs établissements, les personnels et les étudiants se mobilisent. À Paris Sud, ils luttent pour sauver leurs formations – avec le maintien du recrutement d’ATER- et leur budget. À Paris 13, personnels et étudiants agissent contre des suppressions de postes et à Paris 8 pour les salaires et les conditions de travail. À Lyon 2, tous s’élèvent pour défendre les conditions de travail des vacataires et par là même la qualité de la formation des étudiants. Les organismes de recherche sont soumis aux injonctions du ministère. Au CNRS, les organisations syndicales s’élèvent contre le futur contrat d’objectifs qui sera présenté au Conseil d’Administration du 26 mars. À l’IRSTEA, les personnels poursuivent, à l’appel de l’intersyndicale, une grève de la saisie de leurs indicateurs d’activités pour exiger de l’État qu’il remplisse ses obligations de financement des charges structurelles.

Les organisations syndicales signataires appellent les étudiants et les personnels à se rassembler, débattre et se mobiliser le jeudi 5 mars, sur l’ensemble du territoire national, pour défendre leurs conditions d’études et de travail.

En région parisienne, les organisations syndicales invitent les personnels et les étudiants de tous les établissements d’Île-de-France à participer au rassemblement décidé par l’AG de Paris Sud devant le ministère de l’ESR rue Descartes à 14h le jeudi 5 mars 2015.

Les organisations syndicales signataires revendiquent :

  • un accès libre et gratuit à l’enseignement supérieur public ;
  • un plan pluriannuel ambitieux de création d’emplois de titulaires d’enseignants-chercheurs et enseignants, de chercheurs, d’ingénieurs, administratifs et techniciens pour résorber la précarité et répondre aux besoins en matière d’enseignement supérieur et de recherche ;
  • une augmentation significative du financement de base de l’État pour les formations, les laboratoires et les services.

Organisations signataires : FSU (SNESUP, SNCS, SNASUB, SNEP, SNETAP) – CGT (SNTRS, FERC’ Sup) – CFDT (Fédération des SGEN CFDT – SGEN Recherche CFDT) – SNPTES – UNSA (Sup’ Recherche, A&I, ITRF.B.i.O) – Solidaires (Sud Recherche EPST – Sud Education – Solidaires étudiant-e-s) – UNEF

Soutenons les mobilisations à Paris Sud et Paris 13

Communiqué de la fédération Solidaires Étudiant-e-s Syndicats de Lutte en date du 22 février 2015 :

Après l’annonce de la suppression de tous les postes d’ATER pour l’an prochain, du gel du recrutement des personnel et la suppression de 10 000 heures d’enseignement, 400 étudiant-e-s et personnels se sont réuni-e-s en Assemblée Générale à l’université Paris Sud le 12 février pour dénoncer notamment la sélection à l’entrée de la première année d’université (L1), demander une rallonge budgétaire et la création de postes de titulaires.

Ces restrictions budgétaires et dégradations des conditions d’études et de travail se généralisent dans tout l’Enseignement Supérieur. Depuis deux ans, de nombreuses mobilisations ont eu lieu sur les universités (Pau, Montpellier, Clermont, Toulouse, Paris 8 etc.) pour lutter contre cette logique et défendre un autre projet d’Enseignement Supérieur et de Recherche.

Solidaires étudiant-e-s, syndicats de luttes apporte tout son soutien à cette lutte et appelle les étudiant-e-s, personnels et enseignants des autres universités et établissements à soutenir et relayer les luttes de Paris Sud et Paris 13. Seule une lutte collective et nationale permettra de nous sortir de cette situation et construire un autre enseignement supérieur.

Pour plus d’informations, infos et contacts :

http://www.orsayenlutte.info/
https://www.facebook.com/pages/Paris-Sud-en-lutte/1545327002394977
Twitter : @U_PSud_EnLutte

Solidaires étudiant-e-s, syndicats de luttes / Porte-parolat : 06.86.80.24.45 /
http://www.solidaires-etudiant-e-s.org / contact@solidaires-etudiant-e-s.org

Réponse à la présidence lue au rassemblement devant la DRH le jeudi 12 février

Voici la réponse des vacataires-précaires en lutte lue à M. Péguy et à l’équipe présidentielle de l’université Lyon 2 présente au rassemblement de jeudi 12 février devant la DRH de l’établissement  :

Nous, vacataires précaires de l’Université Lyon2, sommes réuni-e-s en ce jour (jeudi 12 février 2015) devant les locaux de la présidence de l’université pour réagir à la lettre de l’équipe présidentielle qui se présente comme une réponse à nos revendications. Nous nous présentons ici fort du soutien d’une majorité d’étudiants et de personnels, preuve en est le courrier des titulaires que plusieurs départements vous ont adressé, la suspension des jurys dans 5 facultés, la popularité du mouvement chez les étudiants, et bien évidemment le nombre que nous sommes aujourd’hui.Vacataires rassemblement 12.02.2015

Pour commencer, nous prenons acte de votre réponse tardive que nous aurions souhaitée plus précoce. Votre diligence subite aboutit en bout de course à reporter la responsabilité de votre politique RH désastreuse sur les gestionnaires de composantes, contraints d’assumer en quelques jours le traitement de dossiers normalement échelonné sur plusieurs mois, avec qui plus est moitié moins de temps pour la saisie sur logiciel.

Concernant les derniers dossiers rejetés (1 sur 5), vous n’êtes pas sans savoir que vous avez vous même créé les conditions de leurs rejets par vos délais de traitement. Vous avez beau jeu de nous reprocher ensuite l’existence de justificatifs trop anciens dans ces dossiers (déposés à l’heure) pour justifier de vos délais anormalement longs…

La question aujourd’hui pour nous est de savoir quelles dispositions effectives vous allez prendre pour que cette situation ne se reproduise pas à la rentrée prochaine.

La lettre que nous avons reçue est signée par « l’équipe présidentielle ». Mais où est cette équipe quand il s’agit d’honorer les promesses faites par l’un ou l’autre de ses membres ? En octobre dernier, M. Jean-François Goux, votre Vice-président à la politique de l’emploi et à l’action sociale (sic), s’était engagé à rémunérer les surveillances de partiels pour lesquelles nous sommes ponctuellement réquisitionnés. Notre demande allait bien évidemment au-delà et portait sur l’ensemble des partiels que nous sommes amenés à surveiller, qu’il s’agisse de ceux d’autres enseignants ou bien ceux liés aux CM des TD que nous donnons, ainsi que sur les corrections de copies que les titulaires ne sont pas en capacité d’assurer eux-mêmes en raison de la charge monumentale de travail qui leur incombe déjà. M. Goux s’était, a minima, engagé sur la rémunération des surveillances de partiels concernant d’autres enseignements que les nôtres. Et voilà que vous revenez sur votre promesse en alléguant le manque de moyens ! A moins que Mr Goux ne fasse pas partie de « l’équipe présidentielle » ?

Mais le manque de moyens, que ce soit pour la réduction des effectifs en TD, le paiement des heures travaillées (toutes, même celles que vous faites passer en « tâches annexes ») ou bien encore l’ouverture de postes a bon dos. Même dans un contexte économique délicat, une gestion plus rigoureuse de certains crédits pourrait déjà permettre d’améliorer la situation. Pour exemple, une meilleure administration de la prime d’excellence au cours des dernières années, notamment concernant des personnels qui n’auraient pas assuré les 42h annuelles d’enseignement requises, aurait vraisemblablement permis de débloquer une partie des fonds nécessaires au paiement des vacataires qui, eux, assurent des heures de cours effectives.

Vous évoquez des ouvertures de postes : nous demandons à voir, car personne à ce jour n’est capable de dire où ils sont passés. S’agit-il de postes « pourvus et payés » ou seulement de postes « autorisés », c’est-à-dire dire des postes fantômes « qui n’existent pas » comme l’explique la présidente de l’Université Paul Valéry à Montpellier ? En pratique, vous avez surtout gelé un nombre au moins équivalent de postes mis au renouvellement et vous vous apprêtez à faire de même avec des postes Biatoss.

Plus largement, votre lettre ne constitue en rien une réponse satisfaisante à nos revendications. Nous ne sommes pas dupes de la stratégie qui consiste à tenter de faire passer pour disjoints les problèmes que nous soulevons, alors qu’ils relèvent tous de la politique de l’austérité appliquée à l’université et à l’organisation des priorités en son sein. Le problème ne vient sûrement pas, comme vous le suggérez indécemment, du nombre d’étudiants boursiers à Lyon2, qui n’est pas exceptionnel d’ailleurs puisque l’on retrouve, à peu de choses près, la même situation à Lyon3 (chiffres 2013-2014).

Vous prétextez la menace de la mise sous tutelle de l’université pour justifier les coupes que vous appliquez. Nous vous rassurons, pour nous, la mise sous tutelle existe déjà est déjà effective quand, au cours de ses tournées dans les départements, le vice-président aux finances, Pierre-Yves Péguy, nous explique que les budgets normalement alloués sont coupés. Alors pour nous, recteur ou équipe présidentielle, peu nous importe, la mise sous tutelle est déjà là effective.

Vous nous rappelez que le doctorat est un diplôme et présentez notre travail comme une chance de formation dans le cadre d’un projet professionnel. D’un côté, l’idée s’entend puisqu’un rapide calcul de nos heures de travail réelles (réunions pédagogiques, préparations de cours, cours, corrections de copies, surveillances d’examen) nous fait tomber à 3-4 euros net/heure, soit la rémunération des stages. D’un autre côté, ne serait-il pas gênant de considérer que 20 à 60 % des cours de licence 1 suivant les composantes sont donnés par des personnes non qualifiées ? Nous osons croire que vous nous recrutez aussi pour nos compétences, et pas seulement pour nous donner une chance de prétendue formation. Faute de quoi vous pourriez bien vous retrouver avec des milliers d’étudiants mécontents cherchant à faire valoir leur droit à un enseignement de qualité et réclamant, eux aussi, le remboursement de leurs frais d’inscription.

Par ailleurs, permettez nous de vous rappeler que le décret n° 87-889 du 29 octobre 1987 relatif aux conditions de recrutement et d’emploi des vacataires pour l’enseignement supérieur ne présente pas les vacations comme une possibilité de formation ou d’apprentissage. Mais, si vous souhaitiez faire évoluer le cadre légal et nous proposer, à tous, une requalification de nos activités en contrat doctoral, ou en contrat d’apprentissage, ou en contrat de professionnalisation, nous vous soutiendrions…

Pour l’heure, le décret  n°87-889 du 29 octobre 1987 qui statut sur notre condition établit clairement que les vacataires « sont engagés pour effectuer un nombre limité de vacations » (art. 4). Les dispositions générales applicables aux agents non titulaires de l’État, dans la circulaire n°1262 du 26 novembre 2007 (modifications du décret du 17 janvier 1986 introduites par le décret du 12 mars 2007), précisent qu’un vacataire « est une personne appelée, à la demande de l’administration, à réaliser un acte déterminé non susceptible de se répéter de façon régulière dans le temps (étude, expertise, etc.) et qui l’effectue sans lien de subordination directe à l’autorité administrative. » L’article 4. 1 relatif aux dispositions communes à l’ensemble des agents non titulaires expose en conséquence que « dès lors que leur activité présente une certaine continuité dans le temps et qu’il existe, dans l’exercice de cette activité, un lien de subordination à l’autorité administrative, ces agents sont des agents publics contractuels à part entière ».

Vu que nous assurons régulièrement et de façon renouvelée des besoins permanents d’enseignement, parfois depuis plusieurs années, dans le cadre d’une subordination administrative vis-à-vis des enseignants titulaires responsables pédagogiques de diplômes ou responsables de CM pour lesquels nous assurons des TD, il est plutôt malvenu de présenter notre exploitation comme une chance inespérée de nous former à l’enseignement par la pratique. Dans la pratique, vous vous trompez de support juridique d’emploi depuis des années et vous êtes à la merci d’une demande de requalification de nos embauches sous la forme de CDD contractuels auprès du Tribunal Administratif.

Ainsi, nos revendications sont loin de se résumer au rattrapage de vos retards de gestion administrative. C’est plus largement notre exploitation, le fait de faire porter le coût de la rigueur sur les plus précaires, la dégradation des conditions de travail et d’étude à l’université que nous dénonçons. Voulons-nous une université qui garantisse des conditions de travail correctes pour toutes et tous, ou bien qui maintienne dans la misère des travailleurs intellectuels précaires servant de variable d’ajustement dans un contexte de désengagement de l’État ? Voulons-nous une université ouverte à toutes et tous, ou bien seulement aux enfants des classes moyennes et supérieures ? Voulons-nous une université où s’élabore les conditions de possibilité de la critique sociale et politique, ou bien une université à la solde des entreprises et de la logique de marché ?

Nous vous rappelons donc la liste de nos revendications, que visiblement vous avez lue trop rapidement.

Nous exigeons :

  • un contrat signé avant de commencer les cours, non conditionné à l’inscription administrative ;
  • l’augmentation du nombre de contrats statutaires : CDU, ATER et MCF ;
  • le paiement mensualisé de toutes les heures effectuées (service d’enseignement, surveillances et corrections d’examens, réunions pédagogiques…) pour tous les personnels, avec bulletin de salaire correspondant ;
  • la simplification de la procédure d’inscription en doctorat et l’exonération des frais d’inscription pour tou-te-s les doctorant-e-s vacataires sur la base du service prévisionnel, avec effet rétroactif pour l’année en cours (remboursement immédiat). Si Bordeaux le faisait avant la catastrophe de la fusion et que Rennes 2 le fait depuis 2013, pourquoi Lyon 2, fac des humanités, ne le ferait pas ?
  • un engagement ferme sur la tenue des TD au moins un mois avant le début des cours, c’est à dire pas de fermeture de TD quelques jours avant le début du semestre ;
  • la limitation à 30 du nombre d’étudiant-e-s par TD.

Vous avez accepté de devenir l’artisan de l’austérité appliquée à l’université et de la casse de l’enseignement supérieur et de la recherche. Vous avez voulu « l’autonomie » quand nous n’en voulions pas. À présent, à vous de gérer vos contradictions, mais ne dites pas que le bon traitement des étudiants et du personnel de Lyon 2 est une priorité pour vous. À vous d’assumer les conséquences de votre bilan. Au besoin, tirez-en les conclusions qui s’imposent et démissionnez.

Le Collectif des précaires

Plus d’informations sur le site de la mobilisation des vacataires précaires de l’Université Lyon 2 et sur la page FB Université Lyon 2 en lutte.