La présidence étouffe les associations !

Les temps sont durs ;  après les personnels privés de congés, les vacataires sans contrats, les étudiants sans chaises, les associations de l’université en font les frais. Coup sur coup, deux mesures de la présidence viennent entraver leur fonctionnement régulier : un durcissement des conditions d’attribution des subventions, et un plan de ré-attribution des locaux. Et l’ensemble des associations pour l’instant titulaires de locaux sont menacées par le nouveau plan, qui prévoit que seules les associations représentatives -élues à un conseil quelconque- puissent de droit bénéficier d’un local.

pendu nbCes mesures ne sont pas surprenantes : elles s’imbriquent dans la suite logique des mesures d’austérité. Les restrictions budgétaires et les orientations politiques générales impactent directement le tissu associatif. C’est depuis le processus de privatisation des facs que l’université est propriétaire de ses locaux et doit en faire un usage à « bon escient ». Bon escient ? À savoir : en lieu et place de leur occupation par des associations, louer ces salles, ou y organiser de la formation continue payante, source de revenus supplémentaires.

La complexification nouvelle des dossiers de subvention (elle date de cette année) permet à l’université de se conserver quelques bas de laine : les rallonges budgétaires tardant, les dotations de l’État en berne (20% de baisse sur le dernier trimestre 2014, menaçant directement les paies des personnels administratifs), l’université puise allègrement -quoique illégalement- dans le FSDIE, un fond destiné à soutenir les initiatives étudiantes et à aider les étudiants les moins favorisés.

Au-delà de l’aspect simplement économique, il n’est pas étonnant qu’en période de crise la présidence cherche à garder le contrôle sur l’expression au sein des campus. Il y a une portée répressive à l’évacuation des lieux de réunion. La présidence a ainsi donné huit jours à Solidaires Étudiant-e-s et deux autres associations pour évacuer leurs locaux de Bron. La nouvelle mode des subventions est aussi une modalité de contrôle : aux anciennes subventions de fonctionnement, qui servent de droit au fonctionnement régulier des associations, se sont substituées des subventions par projet, difficiles à justifier. Elles permettent à l’université un contrôle direct sur les projets qu’elle sélectionne.

Face à ces attaques, nous appelons l’ensemble des associations du campus à s’organiser pour obtenir :

  • Un local par association, par campus si nécessaire
  • Un retour aux anciennes procédures de subvention

Les associations dites représentatives ont d’ores et déjà été convoquées à une réunion qui se tiendra sans la majorité des associations, le 10 décembre, pour discuter avec le vice-président en charge du patrimoine du nouveau plan d’attribution des locaux.

Nous invitons l’ensemble des associations à s’inviter à cette réunion, pour refuser le dialogue entre pseudo-organisations représentatives et inverser le rapport de force pour faire valoir nos revendications.

Publicités

Une réflexion sur “La présidence étouffe les associations !

  1. Pingback: Quand Lyon 2 profite d’un évènement tragique pour durcir sa politique sécuritaire | Solidaires ÉtudiantEs Lyon

Les commentaires sont fermés.