Menace sur les boursiers ! Si vous êtes boursierEs et que vous risquez d’être défaillantEs, contactez la FSE au plus vite !

 

        De plus en plus d’étudiantEs boursierEs se retrouvent sommés par le CROUS de devoir rembourser la bourse sur critères sociaux qui leur est attribuée. La raison principalement invoquée est la défaillance à un semestre de cours. Défaillance qui se rattrape aisément et qui jusqu’alors ne faisait que très rarement l’objet d’un remboursement.
D’autant que la bourse, déjà insuffisante, est pour beaucoup d’étudiants leur seule ressource financière, et il leur est généralement impossible de pouvoir s’en passer, quant à la rembourser, c’est du domaine du délire complet de la part du CROUS. 
Ce sont  d’ailleurs souvent les défaillances du CROUS , qui cette année a battu des records de retard de versement des bourses, qui oblige les étudiantEs boursierEs à se salarier pour pouvoir survivre.
Ces bourses font partie de ces avancées sociales, conquises de dure lutte, et qui ne sont qu’un bien maigre palliatif dans la société capitaliste inégalitaire. Tandis que l’objectif de la FSE est d’obtenir qu’elles augmentent en nombre et en valeur, celui de la direction du CROUS, du ministère, de l’État, est de les réduire, et de les faire passer pour un bon geste charitable de leur part.
Encore une fois, c’est la partie la plus précarisée et issue des milieux populaires qui paye le prix le plus elevé. La moindre erreur dans leur parcours,est immédiatemment  sanctionnée.
Les différents rapports et plan d’avenirs sur le CROUS visent à substituer à ces aides des prêts bancaires, à transférer de l’État aux banques la gestion du « cheptel » étudiant. Ce durcissement de l’attitude du CROUS, avec la complicité de l’université, rentre dans une logique de destruction des aides sociales, de réduction des dépenses de l’état, et de privatisation.
Mobilisons nous pour protéger les aides sociales. Refusons la complicité de l’université dans ces affaires. Défendons pour les classes populaires le droit d’étudier !
Le flicage des étudiants, boursiers ou non,n’est pas une fatalité !
 Selon nos fillières, nos profs, le contrôle des présence en TD, le nombre d’ absences autorisées est très différent. Ces inégalités ne sont pas acceptables.
 Dans certaines universités( comme a Montpellier), il n’y a pas de contrôle des présences. A Lyon 2 aussi nous pouvons imposer  par la lutte la supression des défaillances, la supression du controle de l’assiduité qui n’est qu’un moyen pour exclure les étudiants les plus précaires de l’université !
Si vous êtes boursierE défaillantE des recours existent, il est important d’agir le plus tôt possible (avant que le CROUS vous enjoigne de rembourser si possible).
 
 

Contactez la FSE et battons nous collectivement pour le maintien de nos bourses!

Envoyez nous par mail vos nom, prénom, numéro étudiant, fillière et année d’étude ainsi que les motifs des absences ( maladies, travail, occupation diverses, oubli …  On vous recontactera pour un dépot collectif des demandes de supression de défaillance auprès des secrétariats et du vice président chargé des études.
Faites tourner l’info auprès des gens qui pourraient être concernés !

Suppression pur et simple du principe des défaillances! 

Maintien des bourses pour chaque étudiant menacé!

Augmentation des bourses, en nombre et en valeur!affiche remboursement bourse

Publicités