10ème et dernier congrès de la Fédération Syndicale Etudiante en vue de la recomposition du syndicalisme étudiant de lutte

Ce week-end s’est tenu le 10ème et dernier congrès de la FSE.
Créée en 2003, cette structure, issue notamment du refus de la réunification des Unef-SE et Unef-ID en 2000, et donc du refus de la bureaucratie et de la cogestion, a traversé 9 années de marchandisation accélérée de l’enseignement supérieur et de la recherche, de libéralisation de la fonction publique et de casse du droit du travail. Pendant cette période, de nombreux conflits sociaux ont éclaté (2003, 2006, 2007, 2009, 2010), qu’ils soient spécifiquement étudiants ou intercatégoriels.

En tant que syndicat de lutte, nous avons activement participé et appelé à ces luttes, indispensables pour freiner le rouleau compresseur néolibéral et pour essayer de gagner de nouveaux droits sociaux. En tant que syndicat étudiant de lutte, nous avons particulièrement lutté contre le LMD et la loi LRU, socles indispensables à la mise en compétition des universités et à leur sujétion au système capitaliste, et contre la loi « d’égalité des chances » (dont faisait partie le CPE) et la réforme des retraites, symboles de la dégradation du droit du travail. Nous luttons encore et toujours pour plus de droits et d’égalité entre les étudiant-e-s, quelque soit leur nationalité, leur sexe, leur sexualité, leur origine sociale, etc.

En parallèle à la FSE, s’est développée une autre structure syndicale de lutte, Sud étudiant, avec qui nous n’avons que très peu de désaccords. Nous avons combattu ensemble les mêmes réformes, les mêmes inégalités, et pensons communément que seule la lutte et la grève générale sont à même de venir à bout du système capitaliste.

C’est pourquoi, depuis plusieurs années, un processus de réunification du syndicalisme étudiant de lutte est en marche, dont la finalisation aura lieu en cette fin d’année 2012. Notre congrès de fusion aura lieu en septembre 2012, et notre congrès de fondation en décembre 2012.

A ce 10ème et dernier congrès de la Fédération Syndicale Etudiante, nous avons définitivement acté cette fusion. Nous avons également décidé de continuer la lutte en ce qui concerne la marchandisation de l’enseignement supérieur et de la recherche (les PRES, les IDEX, etc.), que le gouvernement socialiste souhaite évidemment continuer, notamment en accentuant « l’autonomie des universités », et également de s’organiser pour tenter de contrer la « rigueur socialiste », qui n’est et ne sera ni plus ni moins qu’un copié-collé édulcoré de la rigueur du gouvernement précédent.

De juillet 2012 à décembre 2012, la FSE garde son entité fédérale. A partir de décembre 2012, nous ne formerons plus qu’une seule organisation avec Sud étudiant (le nouveau nom est en débat), afin de mutualiser nos forces et nos connaissances, et avoir ainsi une cohérence et une organisation nationale et fédérative beaucoup plus solides.

Seule la lutte paye !!!

Publicités