La Coupe d’Europe 2012 du foutre : En Ukraine, comme partout, combattons l’oppression patriarcal et ses applications sportives !!!

L’engouement médiatique pour la Coupe d’Europe de football, co-organisée par l’Ukraine et la Pologne, révèle, encore une fois, la mainmise du sport sur notre quotidien. Pourtant, derrière le discours ambiant sur les valeurs « positives » du sport (fraternité, éducatif, rassembleur, etc.) se cache en réalité un grand nombre d’ignominies, d’injustices sociales et politiques provoquées par les logiques compétitrices, dominatrices, colonisatrices, nationalistes et spectaculaires du sport et de ce type d’évènement. Pour preuve, chacune des grandes messes sportives (JO, Coupe du monde, etc.) laisse place à une militarisation de l’espace public visant d’un coté à contenir les hordes de supporters et de l’autre à museler toute forme de contestation.

À Londres, pour les Jeux olympiques, le budget de sécurité monte à 553 millions de livres et le nombre d’agent-e-s de sécurité sera de 23 750. Pour l’Euro 2012 ce sont 22 000 policier-e-s qui sont mobilisé-e-s. Mais cette pacification imposée ne semble pas suffire aux organisateur-trice-s. Ainsi, se déroule à chaque fois une chasse féroce envers la partie de la population la plus précarisée. À New-Delhi en 2010, pour les Jeux du Commonwealth, des cours de justice mobiles ont été mises en place pour traquer les quelques 600 000 mendiant-e-s que compte la ville dans l’objectif de faire place nette afin que le tourisme sportif s’épanouisse sans réserve. Et quand cette frange de la population n’est pas incarcérée ou déplacée, elle sert souvent de main d’œuvre bon marché pour construire l’ensemble des infrastructures nécessaires pour ce type de rassemblement. C’est ainsi que 700 000 travailleurs/ses sous-payé-e-s furent exploité-e-s pour les JO de Pékin.

Si ce sont, comme nous l’avons vu, les plus précaires qui subissent directement les effets néfastes de ces « grandes compétitions », ce sont aussi et surtout les femmes et plus particulièrement les prostitué-e-s, qui prennent de plein fouet la mondialisation capitaliste et patriarcale. Le pays d’accueil se transforme, en effet, en une immense maison close : explosion de la prostitution et du tourisme sexuel lié à la compétition, et plus particulièrement lors de l’afflux massif du public « masculin ».

L’Euro 2012, quant à lui, se caractérise davantage par le développement on ne peut plus accéléré de la prostitution afin de satisfaire les pulsions libidinales des supporters déferlant dans les pays organisateurs. En effet, la prostitution est souvent perçue par les organisateur-trice-s comme un « service » supplémentaire à offrir aux supporters. Ceci n’est pas sans rappeler la Coupe du monde de football de 2006 en Allemagne, surnommé la « Coupe du monde du sexe », où, entre autre, un bordel géant de 3000 m2 avait été construit à coté du plus grand stade. Ce dernier permettait d’accueillir 650 clients en même temps portant à son paroxysme la marchandisation du corps des femmes. Si la prostitution est illégale en Ukraine, on y compte tout de même entre 52 000 et 83 000 prostitué-e-s, dont environ 11 000 à Kiev. De plus, l’accès à la prévention est très limitée à cause d’une répression policière accrue et les passes rapides provoquées par cet afflux de clients ne va que renforcer cette situation. Il ne s’agit pas ici de criminaliser les prostitué-e-s mais de dénoncer l’oppression mafieuse et l’exploitation du corps des femmes, qui s’amplifie lors de ces « grandes messes sportives ».

Différentes actions publiques se sont déroulées et continueront en Ukraine, notamment par le groupe féministe Femen, qui défend le droit des femmes en Ukraine et partout dans le monde, pour dénoncer l’oppression viriliste et patriarcale de ces compétitions, organisé par la FIFA et les politiques des pays organisateurs.

La FSE, inscrite dans un combat contre le système Patriarcal et Sportif soutient toutes actions féministes menées contestant l’oppression des femmes et l’exploitation de leurs corps au profit de la grande industrie du sport ainsi que toutes les actions à l’encontre de l’ensemble des institutions sportives et ses compétitions !!!

Publicités