Solidarité avec les étudiant-e-s québécois-e-s en lutte depuis 13 semaines ! Vive le Printemps érable !

Québec, les étudiant-e-s et leurs organisations syndicales mènent maintenant depuis 13 semaines une lutte exemplaire contre la hausse de 75%  des frais d’inscriptions à l’université sur 5 ans. Le gouvernement de droite veut les porter a 2.800 €/annuels, et mener des contre-réformes allant dans le sens de la privatisation de l’éducation.

Cette offensive contre l’éducation publique et gratuite est combattue massivement par les étudiant-e-s et une large partie de la population du Québec ; elle entérine la sélection sociale à l’université, la précarité étudiante, le recours au salariat ou aux prêts bancaires pour financer les études. L’Association pour une Solidarité Syndicale Etudiante (ASSE), principal syndicat étudiant de lutte a devant la situation fonder la CLASSE – Coalition pour une Solidarité Syndicale Étudiante – une coalition temporaire créée autour de l’ASSÉ afin de lutter contre la hausse des frais de scolarité et de coordonner la mobilisation et la grève. De nombreuses manifestations ont été organisée et la grève des cours votée massivement.

Face a cette détermination, le gouvernement a mit en œuvre de nombreux moyens de répression : l’usage systématique de la violence policière, une répression judiciaire contre les militant-e-s mise en œuvre avant même le début des mobilisations, le tout couplé a une propagande médiatique de criminalisation du mouvement social a laquelle prenne part activement les ministres et les exécutifs de la police. Alors que le gouvernement avait attaqué la mobilisation en les accusant de ne pas avoir de projet alternatif pour l’université, la CLASSE a fournit un contre-projet chiffré et argumenté visant à la gratuité et à la réaffirmation du service public. On comprend dès lors que l’objectif du gouvernement est d’échapper au débat en usant de contre-feux, en créant la violence par la répression pour occulter le fond politique et délégitimer la lutte par tous les moyens. Et prochainement, le gouvernement souhaite faire voter une loi contre la grève et contre les organisations y appelant et y participant.. Face a cette violence, le mouvement étudient et la CLASSE appellent à la convergence des luttes, et à la grève générale contre les politiques d’austérité et la répression : « La liste des injustices libérales et conservatrices est longue ! Si la grève est étudiante, la lutte doit devenir populaire! ».

 

La Fédération Syndicale Etudiante souligne sa solidarité avec les étudiant-e-s en lutte et la CLASSE. Leur investissement collectif et leur effort d’organisation et de contre-proposition est exemplaire. Nous dénonçons la répression policière et politique organisé par le gouvernement pour fuir le débat politique et sa propagande de criminalisation de celles et ceux qui luttent.

La Fédération Syndicale Etudiante appelle l’ensemble des étudiant-e-s en France a exprimer leur solidarité avec le mouvement québécois et leur solidarité internationaliste avec l’ensemble des luttes étudiant-e-s et populaires nombreuses aujourd’hui dans le monde entier, à s’informer et à s’organiser pour la défense de l’université publique, gratuite, laïque, critique et populaire ici et ou qu’ils-elles se trouvent !

 

Solidarité avec le mouvement québécois ! Solidarité avec la CLASSE !

Contre la répression politique et policière, la solidarité est notre arme !

Publicités