Liste FSE et étudiantEs mobiliséEs : nos revendications !

Alors que nous nous enfonçons toujours plus dans la crise économique, l’État tente de sauver les profits des capitalistes en nous faisant payer leur crise, en nous imposant la rigueur. Ils s’attaquent à nos acquis sociaux, aux services utiles à la population, à nos emplois, dégradant toujours plus nos conditions de survie, d’étude, de travail…

Face à ces attaques, nous devons nous organiser de façon unitaire pour mener une lutte déterminée,  massive et populaire ! Elle seule est à même d’affronter le pouvoir et d’imposer  nos aspirations légitimes à un autre futur que celui que l’on veut nous imposer.

Nous exigeons aujourd’hui une éducation publique de qualité, gratuite,  laïque, critique et populaire !

NOS REVENDICATIONS :

1) Ni précarité ni charité !

  • Augmentation immédiate des bourses en nombre et en montant versées sur 12 mois!

Le montant actuel des bourses ne nous permet pas de vivre.  Étendons l’aide publique à un plus  grand nombre d’étudiantEs dans le besoin pour qu’ils/elles n’aient pas à se salarier!

  • La construction de nouveaux logements sociaux publics, ainsi que la réquisition immédiate des logements inoccupés, pour permettre aux personnes sans ressources financières d’avoir un toit.

 

2) Non au flicage! Pour la suppression pure et simple du contrôle des présences et des défaillances!

L’université n’a pas à fliquer les étudiant-e-s!  Nous sommes suffisamment responsables pour décider d’assister ou non  à nos cours. La défaillance est une pression supplémentaire exercée sur les boursier-e-s qui se retrouvent contraint-es de rembourser leurs bourses au CROUS, ainsi que sur les étudiant-e-s étranger-e-s qui ne peuvent alors pas renouveler leur titre de séjour!

Sans suppression des défaillances, les boursierEs doivent pouvoir  bénéficier d’une possibilité de dispense d’assiduité comme les autres étudiantEs.

Sinon, comme nous l’avons fait l’année dernière, nous ferons pression sur l’administration de la fac pour qu’elle ne dénonce pas au CROUS les étudiantEs boursierEs défaillantEs.

3) Non au régime forcé ! 

Depuis plusieurs années le CROUS – engagé dans une logique de rentabilité – augmente ses prix et privilégie les cafét’U aux resto’U. Les repas y sont beaucoup plus chers et en quantités réduites. Les étudiant-e-s qui ne peuvent pas consommer des produits achetés sur place sont jeté-e-s dehors.

  • Retour au prix de 2 euros pour un repas complet dans les resto’U et gratuité du repas pour les boursierEs!
  • Mise en place d’un resto’ U sur  le campus des Quais
  • Retour des plats chauds dans la  cafét de bron
  • Ouverture d’un foyer accessible sur chaque campus ( avec micro ondes et fontaine à eau) où chacun aurait la possibilité d’apporter sa bouffe

4) Va te faire soigner!

  • Augmentation des moyens de la médecine préventive.
  • Gratuité des mutuelles étudiantes ! se soigner est un droit, pas un privilège
  • Augmentation des places en crèches pour le campus de Bron et création d’une crèche universitaire sur les quais.
  • Libre accès et gratuité de la contraception dans les centres de médecine préventive

5) On est pas des vaches à lait, gratuité réelle des études ! suppression de tous les frais annexes !

  • Impression par la fac et distribution de tous les textes à étudier en TD
  • Disponibilité en nombre suffisant des ouvrages à lire obligatoirement en bibliothèque. Les  étudiantEs ne devraient pas être contraintEs de débourser des centaines d’euros pour réussir leurs études
  • Impression et photocopies gratuites sur les campus et retour d’un service de reprographie à Bron.
  • Gratuité des transports en commun pour toutes et tous!

6) POLICE HORS DES FACS ! 

Nous devons empêcher la collaboration entre l’université et la préfecture. Exigeons la suppression du contrôle du titre de séjour à l’inscription  à l’université.

  • La FSE lutte pour la régularisation de toutes et tous les sans-papiers.
  • Exigeons la suppression des caméras de vidéosurveillance dans l’université, dans la cafèt. Plutôt que de dépenser des milliers d’euros pour soit disant éviter quelques vols de bonbons ou fliquer les salariés, le CROUS ferait mieux d’investir dans la baisse des prix de la cafèt.
  • Refusons  le pointage en salle info et le contrôle de la carte étudiant, préalables à la diminution du personnel et des heures d’ouverture.
  • L’enceinte de l’Université doit redevenir une zone où la police ne peut y mettre  les pieds! Refusons la police politique dans nos locaux qui fiche les étudiantEs mobiliséEs.

7)  Pour améliorer la situation des étudiantsE salariéEs, exigeons : 

  • La possibilité réelle d’aménager son emploi du temps dès la  signature d’un contrat de travail (et quelle qu’en soit la durée!) pour ne pas être contraintEs de manquer des cours. Les administrations doivent aider leurs étudiantEs à suivre dans les meilleures conditions possibles leur parcours d’étude.

8) Nous ne sommes pas de la chair à patron !

  • Suppression des stages obligatoires et la rémunération minimum des stages au SMIC horaire
  • Signature obligatoire d’un contrat de travail pour tous les stages, quels qu’ils soient.

Les stages sont un emploi, il n’y a aucune raison qu’ils échappent au droit du travail.

Aujourd’hui, la mise à disposition de travailleurs-ses non rémunéré-e-s ou très peu rémunéré-e-s met en concurrence travailleur-e-s et étudiant-e-s et  tire vers le bas les conditions de travail et de salaire de tou-t-e-s les salarié-e-s. L’instauration obligatoire de stage dans les cursus, loin de résorber le problème du chômage « des jeunes » fera que ceux-ci ne trouveront pas d’emploi à leur sortie de l’université, ils/elles se trouveront en effet mis directement en concurrence avec les stagiaires étudiant-e-s. Imposer des stages à l’université c’est œuvrer pour l’explosion du chômage.

9) Contre la sélection « masquée » à l’entrée de l’université

  • La fin de la limitation des places en cours : en CM les locaux sont suffisamment vastes pour accueillir tout le monde. La restriction du nombre de places n’est rien d’autre qu’un processus de sélection masqué, destiné à éliminer du parcours universitaire les étudiantEs les plus en difficultés
  • Suppression de la sélection académique pour toutes les filières qui empêche les étudiantEs non originaires de la région de s’inscrire à Lyon 2. (en science po notamment)
  • Rétablissement de la possibilité pour les étrangerEs déja en France de s’inscrire directement à la fac comme n’importe quel étudiant (sans passer par la procédure campus France)
  • Mise en place de session de rattrapage en   TICE. Nous avons obtenu il y a quelques semaines une  deuxième session pour ce qui  est de la méthodologie et des  enseignements d’ouvertures: il n’y a  aucune raison pour qu’il n’y en est pas en TICE.

Unitaire  et solidaire, la FSE n’est pas un syndicat planqué dans les conseils  mais une organisation de lutte, sur le terrain, aux côtés des étudiantEs  et des personnels.

Des comités de mobilisations et assemblées générales ont lieu régulièrement pour organiser la résistance aux attaques, contactez nos militantEs pour connaître les dates des actions et réunions  !

Du 15 au 17 février, faites le choix de soutenir une organisation qui est toujours en première ligne pour combattre la marchandisation du savoir et de l’enseignement, la privatisation de nos facs et la sélection sociale à l’université !

Nous sommes conscientEs que la quasi intégralité de nos revendications ne seront pas satisfaites par des éluEs dans leurs instances, pensées de telle manière qu’aucune opposition sérieuse n’y est possible. Nous réaffirmons cependant la nécessité d’y être présentEs pour y récolter les informations, et pour briser l’hypocrisie et le consensus régnant dans celles-ci.

Seule une mobilisation collective, massive et déterminée sera à même d’apporter satisfaction à nos revendications! Participons tous et toutes aux mobilisations pour notre émancipation!

NOS LUTTES NE RENTRERONT JAMAIS DANS LEURS URNES!

Lire notre profession de foi : https://fselyon.wordpress.com/2012/02/01/du-15-au-17-fevrier-votez-et-faites-voter-fse-et-etudiantes-mobilisees/

Publicités