Qui sont les violent-e-s ? Droit de réponse à la présidence de Lyon 2.

La présidence – après avoir une nouvelle fois censuré nos communiqués – a envoyé ce lundi 5 décembre un communiqué à l’ensemble les étudiant-e-s, personnels et enseignant-e-s dans lequel elle vend ses plans récemment enterinés de privatisation de l’Université, et où elle dénonce la « violence » de la FSE, et le caractère antidémocratique de ses actions..

Nous l’interrogeons: qui exerce la violence à l’Université et dans la société? Qui est antidémocratique?
Qui exerce la violence quand les décisions adoptées au Conseil d’Administration voient enterriner la privatisation de l’Université, privatisation qui aggravera la sélection sociale, et conduira à ce que des milliers d’étudiant-e-s se voient refuser l’accès à l’Université ?
Qui exerce la violence quand la Présidence entend mettre à  la porte l’ensemble des personnels d’entretien pour de basses manipulations comptables ?
La Présidence, si prompte à dénoncer la violence, n’hésite cependant pas à l’employer pour faire passer ses décisions..
 Ainsi, elle n’a pas hésité à donner l’autorisation à la police nationale d’intervenir dans l’Université. Elle n’a, encore une fois pas hésité à embaucher des vigiles privés armés pour réprimer les étudiant-es – déterminé-e-s à empêcher que leur Université ne passe plus encore entre les mains du privé – les gazer et les frapper!
Qui est antidémocratique quand la composition de leurs conseils leur assure l’adoption – sans trop de difficultés- des décisions gouvernementales ? Quand siègent au CA des personnalités extérieures, que, listes étudiant-e-s, personnels et enseignant-e-s réunies ne peuvent avoir une minorité de blocage tellement elles y sont sous représentées..?

Mais ne nous trompons pas! Les luttes ne se gagnent pas et ne se gagneront jamais dans leurs conseils, qu’elle qu’en soit la composition plus ou moins défavorable !

Car les conseils universitaires ne sont que les chambres d’enregistrement des réformes capitalistes du gouvernement. Nous ne servirons pas de caution démocratique au Président/Tiran et à sa clique!
Qui est antidémocratique quand la Présidence entérine des réformes ayant fait l’objet de deux mouvements nationaux à son encontre, qu’enseignant-e-s, personnels et étudiant-e-s y sont opposé-e-s?
Encore une fois qui est antidémocratique quand l’élu étudiant FSE est empêché de siéger au Conseil d’Administration par les agents de sécurité incendie, transformé-e-s en vigiles à la solde de la Présidence et quand nos communiqués sont censurés en haut lieu?
Alors si la Présidence n’a d’autre choix que de se barricader dans ses locaux pour faire passer ses décisions, ce n’est que parce qu’elle est consciente de son illégitimité, et des décisions profondément injustes qu’elle fait voter.
Alors que voudrait nous faire croire la Présidence avec son communiqué? Que nous sommes violent-e-s?.. Que nous ne sommes pas légitimes?..
De qui se fout la présidence lorsqu’elle affirme que « Le respect de la démocratie, dans et hors les murs de l’université, implique le refus de la violence comme moyen d’imposer ses idées. » ?!
Ne nous trompons pas! La violence au quotidien c’est celle de l’exploitation salariée, celle du système capitaliste qui jette des milliers de gens dans la misère du chômage et de la précarité ! 
Et face à nos exploiteurs et à leurs larbins notre violence est légitime ! 
La FSE réafirme que seule une lutte déterminée permettra de faire plier la présidence au service du patronat.
Notre détermination à faire entendre notre voix viendra à bout de leurs mensonges et de la répression !
Nous continuerons à nous battre pour une université gratuite, laïque, critique et populaire !
Pour combattre ce système qui nous oppresse et tous ses sbires, rejoins la FSE!

uselfse@yahoo.fr

Publicités