Soutien aux travailleur-euse-s de l’automobile et de la métallurgie en lutte contre les suppressions d’emplois et les fermetures d’usines, et pour la conquête de nouveaux droits !

Il y a trois semaines, Les travailleur-euse-s de l’usine PSA citroën-peugeot (6ième manufacturier automobile mondial, dont les profits ont augmenté de 20,8% en 2010) ont appris par intermédiaire de la CGT de l’usine d’Aulnay que leur direction mettait secrètement en place un plan de fermeture de 3 sites du groupe, à Aulnay et Sevelnord Valenciennes, et à Madrid. Ce plan ne devait être dévoilé qu’au 2nd semestre 2012. Bien que la direction démente, ces nouvelles suppressions font suites a de nombreuses réductions d’effectifs, avec l’objectif clair de préparer le terrain a une délocalisation définitive en Inde à la fin de l’année prochaine, mettant sur le carreau plus de 10.000 travailleur-euse-s rien que dans le Nord-Pas-de-Calais et ébranlant l’ensemble du secteur automobile.

Mais les syndicalistes et l’ensemble des travailleur-euse-s du secteur de l’automobile ne comptent pas se faire avoir de la sorte. Ils ont décidé de mener dès a présent une lutte offensive, comptant sur une forte expérience syndicale de lutte de classe, et sur la solidarité de tout le secteur de la métallurgie de la région, par ailleurs actuellement mobilisé pour la défense de l’industrie du rail, et bien déterminé a ne pas laisser les syndicats jaunes et l’extrême droite détourner leur lutte, a ne pas la laisser envelopper d’un vernis nationaliste, xénophobe et anti-social. En effet, des militant-e-s du Front national extérieurs à l’usine, proche du syndicat jaune indépendant de l’automobile (SIA) on tenter une première approche le 27 Juin en organisant une diffusion de tract, et on été rapidement contrer par les syndicaliste de l’usine. Pour construire le rapport de force, une première grève régionale est organisée le 7 Juillet 2011 dans les usines de 16 constructeurs et manufacturiers par la CGT, première étape avec l’objectif d’unir et souder l’ensemble des travailleur-euse-s, de chaque site de production, de chaque région, en France ou en Espagne, pour défendre leur emploi. Une manifestation sera par ailleurs organisée le jour même à Valencienne à 10h à la Place d’arme.

Aujourd’hui le secteur automobile est traversé de nombreuses luttes. Ainsi, le 16 Juin, les travailleurs et travailleuses du Groupe Réseau Renault sur Toulouse ont amorcé une journée de grève, revendiquant l’obtention d’un 13ème mois ainsi que la reprise des Négociations Annuelles Obligatoires (NAO), un outil essentiel dépendant des travailleurs et des travailleuses permettant d’établir des revendications claires et collectives dans un cadre d’Assemblée Générale, seul cadre souverain.

La Fédération Syndicale Étudiante affirme son soutien plein et entier et sa solidarité à l’ensemble des travailleur-euse-s mobilisés pour la sauvegarde de leurs emplois et luttant pied à pied contre les restructurations et les délocalisations capitalistes. La FSE tiens a exprimer sa solidarité avec ces luttes et tient à rappeler que seule la mobilisation collective, notamment à travers les outils syndicaux, peut permettre d’imposer un rapport de force afin de conserver des acquis mais aussi de conquérir de nouveaux droits.

Solidarité internationale avec les travailleur-euse-s en lutte !
Seule la lutte paye !

Publicités