Non aux politiques d’austérité !

Le Parlement Grec a adopté son plan de rigueur. Face à cela, c’est en masse que sont descendus dans la rue les grecs pour refuser cette politique impopulaire du gouvernement « socialiste » grec.
Ce n’est en effet pas en faisant payer la crise du capitalisme par les classes populaires que l’on pourra en sortir. La révolte du peuple grec est donc juste et légitime.

La Fédération Syndicale Étudiante soutien la lutte populaire en Grèce et rappelle qu’elle s’opposera à toutes politiques d’austérité, que ce soit en France ou ailleurs, et qu’elle s’opposera à toutes mesures visant dans les faits à en imposer une, camouflée ou non dans de multiples « petites » réformes présentées de façon éparpillées, mais qui correspondent bien en réalité à un plan d’ensemble du gouvernement, et à une logique globale de sa politique capitaliste.
Comme en Grande- Bretagne ou en Espagne, les dirigeant-e-s s’attaquent à nos acquis sociaux, aux services publics, à nos retraites, à nos salaires, à nos emplois, aux services de santé, à l’éducation et la recherche publique, etc… Le chômage et la misère, voilà l’avenir que veulent nous promettre ces gouvernements. Et comme en Grèce ou en Espagne, nous répondrons par la lutte populaire, massive et déterminée contre ces politiques régressives. Nous ferons plier tout-e-s ceux et celles qui s’opposeront aux aspirations populaires légitimes que sont le droit à un emploi, à l’éducation, à la santé, à la culture et aux loisirs, etc… pour tous et toutes !

La FSE rappelle notamment qu’en France le gouvernement veut poursuivre ses attaques contre l’université publique, avec sa réforme sur la licence. Là encore nous répliquerons par la lutte !

Le capitalisme est en crise ! Aidons-le à s’effondrer !

Solidarité avec tous et toutes les révolté-e-s Grecs !
Sans Justice, pas de paix !

Publicités