Appel à une mobilisation étudiante massive contre la réforme des retraites !

Appel à tous les étudiants à se réunir en assemblée générale pour discuter et décider collectivement des moyens à mettre en œuvre face à la réforme des retraites. Assemblées Générales à Lyon 2 mercredi 29 septembre à 14H sur les Quais (rdv dans la cour) et jeudi 30 septembre à 14H amphi F (Bron). A Lyon 1 Jeudi 30 septembre à 12h30 réunion d’info sur les retraites amphi 2 du déambulatoire.

 

L’attaque du gouvernement contre les retraites est largement rejetée dans le pays : les manifestations du 7 et du 23 le prouvent. Les effets de cette réforme seront immédiats pour l’ensemble des salariés, et y compris pour la jeunesse. Dans un contexte d’escalade raciste et liberticide décidé pour casser toute résistance sociale, l’intervention massive, unie et organisée des étudiants sera décisive pour mettre un coup d’arrêt définitif à cette politique, pour les années à venir.

 

« Il faut à tout prix éviter une mobilisation des jeunes. Pour un gouvernement, il n’y a pas pire qu’une jonction social-éducation. Je ne parle pas des profs qui font grève dès leur retour de vacances, mais des lycéens et des étudiants. Il faut les surveiller comme le lait sur le feu. » Nicolas Sarkozy, après les manifestations du 7 septembre

Les conséquences de la réforme lancée par le gouvernement seront immédiates. Elles concernent autant les salariés que la jeunesse étudiante. Le non renouvellement des employés qui devaient prendre le chemin de la retraite va bloquer la nouvelle génération dans le chômage et la précarité. L’impossibilité de cotiser assez longtemps pour accéder à une retraite à taux plein, au vu de l’âge auquel les étudiants entrent dans le monde du travail, mais aussi, et plus encore la conjoncture liée à la crise du capitalisme font que l’avenir s’assombrit de plus en plus, tant pour la jeunesse que pour l’ensemble de la société.

• 1 000 000 d’emplois disparus, en plus de ceux perdus par la crise du capitalisme. • Des cotisations impossibles à tenir, donc une menace de travailler du berceau au tombeau. En effet, l’objectif à court terme pour le gouvernement, c’est que les travailleurs partent à la retraites plus tôt et donc avec une retraite plus faible, comblée ou non par des fonds de pensions privées, que seuls les salaires élevées pourront alimenter • Une situation générale catastrophique au niveau de l’emploi. • Une attaque concentrée avec les menaces sur la sélection sociale dans les université, les bourses, les APL…etc Cette réforme nous concerne et nous frappera dès son application, combattons la !

Pour les travailleurs et les masses populaires, la lutte contre cette réforme est une lutte fondamentale. Elle est tant une lutte pour la sauvegarde d’acquis antérieurs, maintes fois attaqués, mais également une sauvegarde de l’avenir. La retraite représente le seul moment de notre vie qui échappe à l’exploitation capitaliste. Cela nous sera retiré si nous ne triomphons pas. Le fond de cette réforme signifie : « aucun départ à la retraite à taux plein », c’est à dire la misère, la destruction physique et psychologique des anciens, les travaux forcés ou le chômage jusqu’à 67 ans !

Cette réforme est à rejeter en bloc. Parler de négociations, ne pas exiger le retrait pur et simple, c’est capituler.


La crise du capitalisme financier se paie sur le dos des travailleurs. C’est cette crise, et la volonté de faire résorber les dettes de l’état par la liquidation de tous les acquis sociaux, sous couvert d’austérité, qui mène à la décision par la bourgeoisie et son émanation gouvernementale de mettre en œuvre une autre bataille contre les droits des travailleurs et futurs travailleurs. Certains prétendent que réforme est nécessaire, qu’il y a un problème démographique et un problème financier. Cet argument est mensonger ! Les richesses produites n’ont jamais été aussi grandes, la productivité du travail a doublé en quelques décennies, tandis que la part de ces richesses qui vont dans la poche des travailleurs s’est réduite comme peau de chagrin.

La Fédération syndicale étudiante exige le retrait pur et simple de cette réforme. Dans un contexte d’avalanche de déclarations et de mesures racistes, xénophobes et liberticides destinées à diviser la population et à réprimer les résistances sociales, la lutte menée actuellement contre les réformes du gouvernement conditionnera le rapport de force pour de nombreuses années. C’est aujourd’hui que nous devons nous mobiliser et de ce de manière unie et déterminée.

Publicités